TRANS – Episode 1, Karine Carville

Couv_TRANS-Episode1Titre original : TRANS – Episode 01 : La pizza est un plat qui se mange froid

Auteure : Karine Carville

Editions : Mots et Cris

Paru le : 4 avril 2019

Format lu : Numérique (54 pages)

4e de couverture :

Émilie Renaud est une jeune recrue de la brigade criminelle. Elle ne manque ni d’intuition, ni de sang-froid, deux qualités indispensables pour suivre le commissaire Arnaud sur les traces d’un tueur.
Evan, lui, est persuadé qu’une nouvelle vie s’offre à lui avec l’obtention de ce poste dans le commissariat qu’il convoitait. Cependant, il garde sous silence le fait qu’il n’est pas tout à fait celui que ses collègues pensent connaître.
Car comment réagiraient-ils s’ils comprenaient qu’Émilie et Evan ne font qu’un ?

Un mélange de genres et d’intrigues qui vous emmènera sur les traces d’un tueur bien plus diabolique qu’il n’y paraît et vous fera découvrir la dualité du nouvel élément de la brigade.
Un polar incisif et sans concessions. À dévorer avant qu’il ne refroidisse !


Après nous avoir proposé de la littérature jeunesse en fin d’année dernière (La Fée Cassatette), Karine Carville revient au polar. Cette fois-ci, sous une forme inédite, celle d’une série. A l’instar des séries télévisées dont on est nombreux à être friands, Karine Carville propose de courtes enquêtes avec un dénouement à la fin de chaque épisode.

Pour ce premier épisode, Karine Carville pose la base de sa série en présentant le personnage principal atypique, Evan, mais aussi les personnages secondaires, principalement les membres de la police côtoyés par Evan.

La pizza est un plat qui se mange froid est une bonne mise en bouche. On s’attache rapidement à Evan, même s’il demeure encore mystérieux sur sa vie. En tout cas, j’ai aimé le découvrir dans ce premier épisode.

La chute de ce premier volet m’a surprise. Ce n’est pas la fin habituelle des enquêtes, même si on se doute que cela arrive. On nous montre tout de suite les failles des personnages, du système, et c’est un point positif en plus. Tout ne se passe pas forcément bien à chaque fois !

Je noterai également que vu son format court, j’ai lu pour la première fois sur mon smartphone. Alors oui, ce n’est pas bon pour les yeux etc… Mais cela montre que le format choisi par Karine Carville est adapté pour une courte séance de lecture (seulement 30 minutes !), n’importe où. J’imagine parfaitement des lecteurs dans les transports en commun, lisant cette série.

Bref, TRANS est une belle découverte et il me tarde déjà de découvrir le second épisode qui paraîtra début mai.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s