Les petites merveilles, Lena Walker

Broché – 288 pages
Publié le 9 juillet 2020
Editions Michel Lafon

*
*   *
*

~ 4e de couverture ~

Licenciée de son emploi de libraire qu’elle adorait, Eva se retrouve nounou pour les enfants d’une riche famille du très chic Ve arrondissement parisien.

Mais en acceptant ce travail, la jeune femme était loin d’imaginer que sous leurs airs d’enfants modèles Arthur, Rose et Louis lui donneraient tant de fil à retordre.

Aussi gaffeuse qu’attachante, Eva devra redoubler de patience et d’ingéniosité pour apprivoiser ces trois petits monstres et leur rendre le sourire.

*
*   *
*

~ Mon avis ~

Alors que son dernier roman remonte à 2018, cette année, j’attendais avec impatience la sortie du dernier-né de la plume de Lena Walker. Initialement prévu en mai, mais repoussé à cause de la crise sanitaire, c’est finalement le 9 juillet dernier qu’est sorti Les petites merveilles.

Je me suis très rapidement attachée à l’héroïne, Eva. Cette jeune femme passionnée par les livres mais sans avenir fixe depuis que le libraire pour qui elle travaille, a dû se séparer d’elle. Les temps sont durs pour les amoureux des livres. Mais il en faut plus pour qu’Eva lâche l’affaire : les livres sont toute sa vie ! A force de persuasion, Eva travaille à mi-temps avec Marcel, le libraire ronchon, et le soir elle devient nounou auprès d’une fratrie de trois enfants d’une riche famille, les Donadieu.

A travers l’histoire d’Eva, Lena Walker aborde de nombreuses thématiques. La première : ce roman est une ode aux amoureux des livres qu’ils soient lecteurs ou libraires. Elle dépeint parfaitement le rôle d’une librairie de quartier mais qui peine à tenir de nos jours (une situation plutôt commune malheureusement, comme en témoignent les deux librairies les plus proches de chez moi qui ont mis la clé sous la porte le mois dernier…) et l’amour des livres qu’a Eva ne pouvait que me toucher, étant de la même trempe…

D’un autre côté, Lena Walker a placé la famille au centre de Les petites merveilles. Les relations mère / fille, parents / enfants ne sont pas simples et si de l’extérieur la critique est facile, on se rend compte que malgré tout, chaque parent essaie de faire de son mieux, avec son passif, et ses aspirations de famille.

L’histoire de Les petites merveilles est touchante, drôle parfois, triste dans d’autres situations. Lena Walker signe une fois de plus un feel-good qui tombe à pic pour l’été. Prévoyez quand même quelques mouchoirs. Les larmes (de joie ou de tristesse) peuvent pointer malgré tout.

10 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s