Serial Reading #3 : la trilogie E16, Ravenna Waress

Tome 1 : Résistance – 580 pages
Publié en janvier 2016
Auto édition

Tome 2 : Dissidence – 485 pages
Publié le 5 septembre 2018
Auto édition

Tome 3 : Délivrance – 544 pages
Publié le 16 décembre 2020
Auto édition

*
*   *
*

~ 4e de couverture du tome 1 ~

L’encéphalite de 2016 a décimé le monde.
C’était il y a vingt-quatre ans. Vingt-quatre ans marqués par une guerre impitoyable.
Une guerre qui oppose l’armée du gouverneur aux résistants contraints de voler leurs subsistances.

« Ces barbares sanguinaires nous contraignent à nous terrer comme des animaux. Ils tuent nos soldats, nos civils et nous dépouillent de notre nourriture, notre armement, mais surtout du sérum si indispensable à notre survie. C’est le monde dans lequel je vis. Le seul que je connaisse… du moins jusqu’à ce que je découvre l’envers du décor. La vérité n’est qu’une question de point de vue… »
Havanna DELALANDE

« Je suis un soldat surentraîné. Depuis l’âge de trois ans, je consacre ma vie à me préparer pour cet instant. L’instant où j’assouvirai enfin cette soif dévastatrice. Cette soif de vengeance qui fera de moi l’assassin du gouverneur Roald Delalande. C’est mon ultime objectif, peu importe le prix à payer. Et l’arrivée inattendue de la fille Delalande pourrait bien m’y aider… »
Tristan WARLEY

« Tu dois éviter le gouvernement et les rebelles, disait mon père. J’ai essayé. J’ai vraiment essayé de lui obéir. Seulement, j’ai rencontré cet homme et découvert que mon existence entière n’est qu’un tissu de mensonges. Même toi, papa, tu m’as menti. Tous souhaitent que je me batte, parce que c’est tout ce que je sais faire. Mais me battre dans quel but, dans quel camp ? Il est ma seule certitude. La seule raison qui en vaille la peine. C’est pour lui et uniquement pour lui que je me bats. »
Kyra LOIREUX

*
*   *
*

~ Mon avis ~

Quelle belle surprise que m’a faite Ravenna Waress ! Le mois dernier j’ai eu la joie de recevoir un méga-colis contenant la trilogie complète de E16 accompagnée d’un mug à l’effigie de la saga littéraire. D’ailleurs, j’avais fait une vidéo Tik Tok pour l’unboxing. Si ce beau cadeau est pour me remercier de ma fidélité depuis des années, c’est surtout moi qui remercie l’autrice, Ravenna Waress, de sa fidélité. En effet, E16, 1 : Résistance était mon premier service presse en plus d’être ma première dystopie ! Et cette saga aura toujours une place particulière dans mon cœur de lectrice.

Alors oui, j’ai déjà lu les deux premiers tomes de cette trilogie dystopique, mais comme cela remonte à pas mal de temps, je me suis refaite toute la saga. Et qu’est-ce que j’avais oublié nombre de détails !

Je vais passer rapidement sur les deux premiers tomes tout en essayant de ne pas vous spoiler et je détaillerai davantage mon avis sur le troisième tome, Délivrance, puisque c’est ce livre que j’ai surtout découvert.


Le premier tome de la saga pose le décor et présente les différents camps qui s’affrontent. A travers trois personnages d’horizon divers (Kyra pour les laissés-pour-compte, Havanna le peuple privilégié et Tristan pour la Résistance) nous découvrons les ravages d’un virus diffusé en 2016 : l’encéphalite de 2016 appelé communément E16. Résistance relate comment le monde a sombré et les personnes qui en ont tiré profit malgré l’absence d’un vaccin efficace à long terme. Pourtant, malgré les différences des trois protagonistes, nous sommes davantage plongé au cœur de la Résistance qui affronte le Gouverneur et ses sbires.

Bien évidemment, je n’ai pas eu le même ressenti que lors de ma première lecture. Tout d’abord parce que même si j’avais oublié nombre de détails, je me souvenais des grandes lignes. Ensuite, parce qu’entre temps nous avons eu un virus appelé Covid-19. Et quand on lit le prologue (que vous pouvez découvrir sur mon blog), les histoires de virus ne résonnent plus de la même manière qu’on l’ait lu en 2016 ou 2021. 🙂 Heureusement, on s’en sort un peu mieux… On verra en 2041 où nous en seront.

Lire ma chronique de E16 : Résistance


Alors que le premier tome Résistance, nous plongeait au cœur des Résistants de 2041 face au mode de vie du Gouverneur et de son peuple, Dissidence amène un regard neuf, différent. En effet, cette fois-ci nous avons les points de vue de Brice, le meilleur ami de Tristan, de Logan, membre de la garde du Gouverneur, et de sa sœur Havanna totalement rattachée à la cause résistante. Avec ces trois personnages, nous élargissons notre connaissance du monde sous l’E6. Avec la mission de Brice, nous découvrons diverses factions qui tentent de survivre. En suivant Logan Delalande, nous découvrons l’intérieur d’un Centre sous la régence du Gouverneur. De son côté Havanna tente de poursuivre son combat : contrer le Gouverneur, son père, mais aussi comprendre le chef des Résistants.

Lire ma chronique de E16 : Dissidence


Nous y sommes, c’est au tour du troisième et dernier tome de E16 de faire son entrée. Cette fois encore nous suivons toujours trois personnages principaux (Tristan, Havanna et Logan) mais de temps à autre, un autre point de vue apparaît : celui de Nathan Lejeune, le chef du Centre de recherches d’Albiréo. La bataille finale se rapproche, l’étau se resserre autour du Gouverneur Delalande. Ce grand manipulateur a-t-il vraiment tout prévu ? Les Résistants et leurs alliés vont-ils une fois de plus tomber dans un piège ?

Délivrance donne le ton dès son titre. Nous avons suivi les Résistants, découvert les distensions dans les Centre du Gouverneur ainsi que toutes les manipulations que ce dernier a pu faire pour assouvir son emprise sur la France et le Monde. Pourtant l’espoir n’a jamais été aussi présent. Tout au long des chapitres on sent la tension grandir, les armées préparent l’offensive, malgré quelques contretemps et trahisons (dans ce monde d’anticipation, à qui pouvons-nous réellement nous fier ?).

Un des points forts de Délivrance est qu’il ne s’achève pas avec la bataille finale comme bon nombre de sagas. Une fois le dénouement arrivé, nous avons le droit à quelques chapitres supplémentaires où l’on retrouve nos amis deux années plus tard en 2043. Une manière de découvrir comment se reconstruit le monde d’après la guerre civile qui a causé tant de pertes. Et cela est vraiment appréciable. De plus l’épilogue est… renversant ! Il est difficile d’en parler sans tout dévoiler, mais jusqu’à la toute dernière page on a des rebondissements !

Un petit mot sur la plume de l’autrice : il m’est toujours difficile de croire que E16 est le premier coup d’essai de Ravenna Waress. Bien que cette fois-ci j’ai lu une version remaniée, l’univers créé est tellement précis, détaillé, complexe que je peine à accepter qu’il s’agisse de ses premiers romans. Le seul défaut serait peut-être l’irrégularité du nombre de pages par chapitres (entre 10 et presque 60), néanmoins pour ma part cela ne m’a pas dérangée. Au contraire, si les chapitres les plus courts le sont, c’est bien parce que tout a été dit. De même pour les plus longs, les raccourcir nous feraient manquer des éléments importants.

Tout au long de la trilogie, la plume de l’autrice est agréable à lire. Dès les premières pages, son écriture immersive nous plonge aux côtés des différents personnages et tout ce que l’on veut, c’est continuer de les suivre pour découvrir leurs aventures.

Cela fait bizarre de refermer cette trilogie. Cinq années à se demander comment tout cela va se terminer et maintenant, ça y est, la dernière page a été dévorée. E16 fait partie des sagas qui sont très bien écrites du début à la fin. On ne reste pas avec nos interrogations, des déceptions. On est juste nostalgiques de quitter Havanna, Tristan et tous les autres.

Publicité

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s