Au petit bonheur la chance !, Aurélie Valognes

Au petit bonheur la chanceTitre original : Au petit bonheur la chance !

Auteure : Aurélie Valognes

Editions : Fayard / Mazarine

Paru le : 7 mars 2018

Format lu : Numérique (342 pages)

4e de couverture :

1968. Jean a six ans quand il est confié du jour au lendemain à sa grand-mère. Pour l’été. Pour toujours. Il n’a pas prévu ça. Elle non plus.
Mémé Lucette n’est pas commode, mais dissimule un coeur tendre. Jean, véritable moulin à paroles, est un tourbillon de fraîcheur pour celle qui vivait auparavant une existence paisible, rythmée par ses visites au cimetière et sa passion pour le tricot.
Chacun à une étape différente sur le chemin de la vie – elle a tout vu, il s’étonne de tout –, Lucette et Jean vont s’apprivoiser en attendant le retour de la mère du petit garçon.
Ensemble, dans une société en plein bouleversement, ils découvrent que ce sont les bonheurs simples qui font le sel de la vie.
Un duo improbable et attachant pour une cure de bonne humeur garantie !

Mon avis : 5 / 5

Voilà un petit bout de temps que j’avais ce livre dans ma liseuse (depuis la semaine de sa sortie à vrai dire).  J’avais envie de lire le dernier roman d’Aurélie Valognes car j’avais adoré Mémé dans les orties (oui, ça date, je sais !) et que je n’avais pas encore trouvé le temps de lire ses autres romans. A force d’en entendre que du bien, je me suis laissée tenter et je l’ai demandé via NetGalley. Grande joie ! Ma demande a été acceptée.

Aurélie Valognes a ce talent de nous immerger dans la vie ordinaire de personnages ordinaires. Mais elle nous les décrit avec une telle douceur et une telle force à la fois, qu’on ne peut lâcher notre lecture tellement on s’attache à ses personnages.

Dans Au petit bonheur la chance !, nous suivons la vie du petit Jean, qui à six ans, se retrouve confié à sa Mémé Lucette à Granville pendant que sa mère cherche à s’installer sur Paris. Jean a la fraîcheur et la candeur des enfants de son âge. Mémé Lucette n’est déjà plus toute jeune, fait partie d’une génération qui a connu les deux Grandes Guerres et ne s’épanche pas plus que cela sur les effusions des sentiments. Pourtant, elle l’aime son Jean. Au fil des pages, nous suivons le quotidien de ces deux personnages que tout oppose (l’âge, le caractère, les habitudes du quotidien) et pourtant que tout rapproche (la famille).

Lire un roman d’Aurélie Valognes, c’est s’enfermer dans une bulle hors du monde et du temps. C’est comme un bonbon de l’enfance, une douceur, une nostalgie sans égale. On s’attache très vite au petit Jean, délaissé par sa mère, recueillie par sa grand-mère. Chaque jour qui passe, il attend le retour de sa maman chérie mais elle ne vient pas. Sa Mémé, pourtant distante par rapport à ses sentiments, va se révéler être d’un coeur tendre, prête à tout pour le bonheur de son petit-fils.

De plus, l’action commençant à la fin des années 1960 et se prolongeant jusqu’au milieu des années 1970, Aurélie Valognes nous décrit les changements importants et constants de cette époque particulière en France.

Comme pour Mémé dans les orties où je m’étais beaucoup attachée à Ferdinand, dans Au petit bonheur la chance !, c’est Mémé Lucette qui a reçu toute mon affection. Si Ferdinand était mon feu-grand-père, Mémé Lucette était ma défunte grand-mère. La même avec ses blouses d’un autre temps, ses cheveux toujours attachés impeccablement, qui était constamment sur la route pour faire les commissions avec son panier, qui avait un regard critique sur le monde moderne et la nouvelle génération, les effusions de gestes tendres n’étaient pas inscrits dans ses gènes mais l’on savait qu’elle nous aimait énormément. Et pourtant… La plupart de mes souvenirs sont des années 1990, début 2000 ! A chaque époque sa Mémé Lucette et les changements dans la société.

Merci beaucoup Aurélie pour m’avoir fait replonger dans mes souvenirs même s’ils diffèrent un peu de l’histoire de Jean et Lucette. C’est toujours de la nostalgie que je ressens, mais également un sentiment de plénitude à la fin d’un de vos romans.

Je ne tarderai plus à lire les deux autres romans de la plume de cette auteure.

Publicités

4 réflexions sur “Au petit bonheur la chance !, Aurélie Valognes

  1. Je n’ai moi même encore rien lu de cette auteure. Faudrait ptet que je m’y mette un jour… Reste à savoir quand lol il y a tant à lire! Cette chronique donne bien envie d’autant plus. Arghhhh tu m’as mis dans mes retranchements là grrrr hihi

    J'aime

  2. Jolie critique qui donne envie! Ma collègue adore ce roman, elle dit que l’autrice écrit des personnages que l’on connaît tous et que ça donne une touche de tendresse infini à ces petits récits de vie.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s