Premières lignes #2

Pour ce second rendez-vous Premières lignes, je vous propose l’incipit de Blanche de Martin Demoulin, un livre qui m’a fortement marquée dernièrement et dont ma chronique arrive pour demain.

C’était un jour de janvier. La nature hibernait.

La tête en bas, je regarde le monde à l’envers. Les roues tournent dans le vide. Je suis comme un cosmonaute en apesanteur dans son vaisseau spatial.

C’était en fin d’après-midi.

Je les observe toutes les deux, avec mes pupilles de môme. Sur la route, le verglas. Ma mère ne tient plus le volant de notre vieille voiture. Chloé n’a qu’une chaussure.
Au milieu du parebrise, un trou.

J’avais quatre ans.

Dans ma tête bourrée de rêves de gosse, les accidents, ça n’existe pas. Maman sort de la voiture en courant. Elle hurle après sa fille, étendue sur l’herbe. Le sol est couvert d’une mince pellicule de givre. Chloé ne dit rien.

blanche

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s