[Sortie du jour] La peine du bourreau, Estelle Tharreau

Numérique – 211 pages
Publié le 1er octobre 2020
Taurnada Editions

– Service Presse –

*
*   *
*

~ 4e de couverture ~

McCoy est « bourreau » au Texas. Après 42 ans passés dans le couloir de la mort, il reçoit la visite officieuse du Gouverneur Thompson qui doit se prononcer sur la grâce du condamné numéro 0451. Il ne leur reste que quatre heures pour faire revivre les souvenirs de McCoy avant l’injection létale. Quatre heures dans l’isolement de la prison de Walls. Quatre heures pour cinq crimes qui déchaînent les passions. Quatre heures pour ce qui pourrait être la dernière exécution de McCoy. Quatre heures pour jouer le sort d’un homme.

*
*   *
*

~ Mon avis ~

Alors que je peine à me remettre de son précédent roman, Mon ombre assassine, Estelle Tharreau revient avec La peine du bourreau et nous entraîne dans le couloir de la mort aux côtés d’un ex-bourreau, condamné à mort pour avoir rendu justice lui-même en tuant cinq personnes.

La peine du bourreau a une ambiance sombre, pesante où ni les bourreaux, ni les condamnés n’en sortent indemnes. L’intrigue de ce roman tourne autour du condamné à mort, Ed 0451. Il ne lui reste que quatre heures à vivre. Quatre heures au cours desquelles il peut encore espérer une grâce du gouverneur. Quatre heures durant, il va retracer son parcours, sa vie aux côtés de son bourreau et du gouverneur indécis.

La peine du bourreau est clairement un roman très psychologique. Les différentes histoires de la vie de Ed 0451 tour à tour nous touchent, nous horrifient. Ed relate son enfance, sa vie maritale, les soucis de santé de sa femme, ses déceptions, ses regrets, sa vie de gardien, puis de bourreau et enfin de criminel et de condamné. Estelle Tharreau décrit tous les aspects relatifs au couloir de la mort, l’enfermement de chacun, hommes libres ou enfermés, mais aussi les destins brisés des familles des condamnés et des exécutés.

Evidemment au cœur de ce roman, on retrouve la peine de mort et ses controverses. Néanmoins, Estelle Tharreau a réussi à écrire un roman sombre qui ne traite que de cela sans pour autant inciter à prendre position sur ce sujet grave et lourd.

La peine du bourreau est un roman fort qui amène à la réflexion, c’est une histoire que l’on dévore dont les pages se tournent à un rythme frénétique.

*
*   *
*

~ La bande-annonce ~

3 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s