Le chef de rang désenchanté, James Barbier

Couverture Le chef de rang désenchantéTitre original : Le chef de rang désenchanté

Auteur : James Barbier

Editions : Vérone

Paru le : 3 mai 2018

Format lu : Numérique (234 pages)

4e de couverture :

Employé consciencieux, Jason Martel aspire depuis longtemps à évoluer professionnellement au sein de son entreprise. Mais malgré ses efforts constants, aucune opportunité à l’horizon. Tout est gelé, pour tout le monde. Jusqu’au jour où son chef de service finit par lui annoncer que des évolutions auront lieu… et qu’il n’en bénéficiera pas.

Jason le prend mal. Très mal.

C’est le début d’une longue descente aux enfers, faite de confrontations permanentes avec sa hiérarchie, d’affrontements incessants où la tension atteint son paroxysme.

Désenchantement, désillusion, humiliation, déception… Jason va tout connaître. Et se faire miner par sa haine envers ses responsables.

En sortira-t-il indemne ?


Un grand merci à l’auteur, James Barbier, pour m’avoir proposé ce service presse et pour s’être montré très patient pour cette chronique (encore désolée du délai !!).

Le chef de rang désenchanté relate l’histoire de Jason, employé dans un hôtel, qui se donne à fond dans son travail en espérant un jour que son travail et son implication soient reconnus à leur juste valeur. Jusque là les promotions étaient bloquées pour tout le monde, donc Jason n’était pas dérangé par le manque d’avancement de sa carrière. Cependant, un jour, il apprend qu’elles vont reprendre mais que son patron fait ce qu’il veut et n’en fera pas bénéficier Jason. De là, Jason va développer une haine et fomenter une vengeance pour cet évincement.

Ce qui me tentait à la lecture du résumé de ce roman est le fait qu’il nous plonge dans l’envers du décor de l’entreprise.

Malgré une écriture à la troisième personne, Le chef de rang désenchanté nous plonge directement dans le quotidien de Jason. Au fil des pages, nous vivons à ses côtés et l’écriture de l’auteur est agréable à lire.

La fin du roman peut surprendre mais elle permet de démontrer que tout problème a sa solution même si ce n’est pas toujours la plus simple en apparence.

De manière générale, Le chef de rang désenchanté est une histoire poignante et touchante qui dénonce parfaitement la société actuelle.

Publicités

Une réflexion sur “Le chef de rang désenchanté, James Barbier

  1. Pingback: [Des plumes et moi] Entretien avec James Barbier | Des plumes et des livres

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s