Le Salon du Livre et de la BD, Creil (60)

Coucou la compagnie !

Depuis maintenant trois ans, je me rends chaque année au Salon du Livre et de la BD à Creil. Chaque année, je le trouve plus impressionnant, mieux organisé. Bref, je prends de plus en plus de plaisir à m’y rendre.

Cette année, La Ville aux Livres (organisateur du salon) a misé également sur des accueils scolaires en amont de l’ouverture au public. Vous me connaissez bien maintenant, si je peux partager une passion avec mes zozos, je le fais ! Et bingo, on a pu s’y rendre.

De ce fait, j’y suis allée sur deux jours, sur les trois possibles (enfin même quatre mais le jeudi était aussi pour les scolaires).


Vendredi 16 novembre

Officiellement premier jour d’ouverture pour le Salon du Livre. Avec ma classe, nous avons eu la chance d’être retenu pour rencontrer une auteure jeunesse, Véronique Delamarre-Bellégo. Pour préparer cette rencontre, un mois plus tôt, on m’a remis des exemplaires de l’un des livres de l’auteure, Banzaï Sakura. Ce titre vous dit peut-être quelque chose car oui, il y a deux ans, je l’ai acheté lors de mon premier passage à ce salon ! Et je ne l’avais toujours pas lu…

banzai-sakura

Résumé : Sakura Yamanakako, une Japonaise de 11 ans, arrive en milieu d’année dans la classe de Joséphine, dite Jo, et de Fabio le caïd. Si Jo devient vite sa meilleure amie, Fabio accueille chaque matin la nouvelle venue avec des sunoms aussi bêtes que racistes. Sakura ne bronche pas, jusqu’au jour où le garçon la traite de « sexy sushi ». C’en est trop… la guerre est déclarée ! Fabio le macho va découvrir un peu tard qu’on ne s’en prend pas impunément à l’héritière des samouraïs.

 

Pendant deux semaines, mes zozos ont découvert les aventures de cette petite japonaise qui débarque dans une école française. Le moins que l’on puisse dire est qu’ils ont adoré ! La lecture terminée (j’ai exploité des CM2 pour lire le livre à mes CE1), l’heure de préparer la rencontre est arrivé. Les enfants avaient énormément de questions à poser à l’auteure. On a donc préparé notre petite liste pour éviter les trous de mémoire le jour J !

Finalement, l’heure de la rencontre est vite arrivé. L’auteure a été très gentille avec les enfants et a répondu volontiers à leur (longue) liste de questions. De retour à l’école, je les ai entendu raconter l’événement du matin à leurs petits camarades…

Rencontre auteure

Véronique Delamarre-Bellégo

Suite à la rencontre d’une petite heure, les élèves ont eu la possibilité de découvrir le Salon du livre, ainsi que les différents ouvrages exposés. Petit bonus : un questionnaire rempli d’énigmes qui permet aux enfants de voyager dans tout le secteur jeunesse pour découvrir des titres de livres. On attend les réponses officielles pour savoir quel groupe a gagné !

Samedi 17 novembre

Le samedi matin, c’est toujours plus tranquille. Et vous verrez un peu plus loin que j’ai raison. C’est donc peu après l’ouverture (qui était à 9h30) que je me pointe à La Faïencerie, chargée de deux sacs. C’est sûr que pour le coup j’ai un peu perdu du temps au contrôle des sacs… Il a fallu étiqueter les livres que j’apportais.

20181117_093440

Je commence par un petit tour d’horizon. Hier, je n’avais vu que le coin jeunesse, donc je n’avais pas encore repéré tous les auteurs que je voulais voir.

20181117_100311Après être allée saluer Véronique Delamarre-Bellégo et la remercier pour l’intervention de la veille, et avoir repéré le stand d’Orianne Lallemand pour y revenir très vite, je vais voir Carène Ponte. C’est la première auteure dont je connaissais la venue à ce salon puisqu’elle me l’avait dit en juin dernier ! On blablate pas mal (d’ailleurs la semaine dernière mon père m’a fait remarquer que je parlais beaucoup avec les auteurs et il comprenait mieux pourquoi je partais des heures dans des salons…) et elle me dédicace mon exemplaire de Un merci de trop !  que j’ai adoré et son dernier-né Gros sur le coeur que j’avais acheté le jour de sa sortie (mais un peu exprès pour le Salon).

Gros sur le coeur

 

Résumé : C’est l’histoire d’une adolescente sans doute un peu trop ronde, sans doute un peu trop fragile.
C’est l’histoire d’un nouveau lycéen, des yeux qui dévisagent, des yeux qui jugent.
C’est l’histoire d’un professeur d’allemand qui séduit.
Mélissa, 17 ans, suite ses parents dans une nouvelle ville, un nouveau lycée.
Année de terminale sur la corde raide. Année charnière entre dégoût de soi et renaissance.

Sa voisine, Stéphanie Pélerin, n’étant toujours pas arrivée, je retourne du côté des livres jeunesse.

Là, je m’aperçois qu’il y a déjà quelqu’un devant la table d’Orianne Lallemand. Craignant qu’il y ait du monde par la suite (et l’après-midi me donnera une fois de plus raison…), j’attends mon tour. Quand vient mon tour, j’offre à Orianne un petit cadeau confectionné par mon papa, mes élèves et moi (un Loup). Et oui, tout le monde a mis la main à pâte ! A sa réaction, je comprends qu’elle est ravie et émue. On avait préparé un deuxième Loup mais cette fois-ci pour la classe, je demande donc à l’auteure de le dédicacer ce qu’elle fait avec plaisir et… en échange que j’écrive moi aussi une dédicace sur son Loup ! Je termine de la monopoliser en lui demandant de me dédicacer Le Loup qui n’aimait pas Noël. Mon premier album de Loup, celui qui m’a fait tomber dans la marmite et une des histoires préférées de mes élèves.

Je retourne voir Véronique Delamarre-Bellégo (et oui encore !!!) et cette fois-ci je lui prends la suite des aventures de Sakura, Banzaï au pays des mangas qui est sorti cette année. Cette fois, pas question d’attendre deux ans avant de connaître l’histoire !

20181117_102259

Banzaï au pays des mangas

Résumé : En route pour le pays du Soleil levant ! Heureux finalistes d’un concours de manga, Sakura, Jo et Fabio sont invités à passer une semaine à Tokyo à la saison des cerisiers en fleur. Ce voyage leur réserve bien des surprises. Entre traditions japonaises et culture manga, sauront-ils trouver l’inspiration pour remporter la finale ?

 

Je retourne du côté des auteurs feel-good pour constater que cette fois-ci, Stéphanie Pélerin est (enfin ^^) arrivée. Je ne dis plus que l’on blablate… Enfin si, quand même. On parle pas mal. Et je lui demande de dédicacer (Presque) Jeune, (Presque) Jolie, (de nouveau) Célibataire que j’avais beaucoup aimé. Et surprise, je n’ai pas la version de chez Diva Editions ni la précédente de chez Mazarine mais celle de France Loisirs (une pensée à toi ma feue- boutique FL de Creil) qu’apparemment Stéphanie aime beaucoup. Et même si je ne l’ai pas encore lu, j’ai acheté il y a quelques jours (toujours dans l’optique du Salon) le second tome des aventures d’Ivana, (Toujours) Jeune, (Toujours) Jolie, Maman (mais pas que).

20181117_104134

CVT_jeune-jolie-maman-Ivana-2_9310

 

Résumé : Ivana file le parfait amour avec Bruno. Enfin presque… Parce que si le célibat, ce n’était pas de la tarte, la vie de couple n’est pas non plus un long fleuve tranquille. Surtout quand on est aussi maman… et belle-maman.

Ça fait quand même bizarre de voir deux auteurs sur trois sur la même rangée… Je n’aime pas les choses inachevées. Je rends donc visite à Roxane Dambre, la deuxième voisine de Carène Ponte. Et là je découvre une auteure passionnée, habitée par ses récits et le moins que je puisse dire, c’est qu’elle m’a donné envie de lire ses romans. Je repars donc avec le premier tome de Scorpi et son dernier roman Un karma (presque) parfait (et j’ai bien fait car quelques instants après mon achat, il a reçu le Prix de La Ville aux Livres de Creil, bravo !).

20181117_105043

Ceux qui marchent dans les ombres – Scorpi Tome 1

Scopi T1Résumé : Un soir d’orage, Charlotte découvre un petit garçon blotti au pied de son immeuble, ses cheveux sombres dégoulinant, son T-shirt plaqué par la pluie. Elle lui propose de s’abriter chez elle. Là, l’enfant lui tient des propos ahurissants  : ses parents et son grand-frère sont des «  créatures de l’ombre  », des tueurs à gages aux pouvoirs surnaturels, baptisés les Scorpi. Lui-même, Élias, est en apprentissage.
La jeune femme n’en croit d’abord pas un mot. Mais, bientôt, elle découvre dans son salon un grand brun aux yeux bleu azur  : Adam, le frère aîné d’Élias, vient d’entrer dans sa vie, et celle-ci va tourner à la cavalcade. Comment réagir quand on a vingt-trois ans, qu’on est seule et plutôt pacifique, et qu’on tombe amoureuse d’un tueur à gages qui n’est même pas humain  ?

 

Un karma (presque) parfait

Un karma presque parfaitRésumé : C’est décidé. Demain, Siloé, jolie brune parisienne un peu toquée et accro aux granules d’homéopathie, change de job !
Elle convoque ses meilleurs amis pour un conseil de guerre dans leur bar préféré. La jeune femme est déterminée.
Mais aussi très maladroite, voire carrément gaffeuse. Et certaines choses n’arrivent qu’à elle…
Comme le fait de passer un entretien d’embauche avec le psychopathe beaucoup trop charmant qui l’a menacée deux jours plus tôt (tout ça parce qu’elle l’a vaguement insulté au volant…).
Valérien, le psychopathe en question, un grand brun aux yeux bleus, affublé d’une petite sœur tout aussi gaffeuse que Siloé, expert en recrutement, lui propose un étrange marché.
Que va trouver Siloé au bout de son chemin ?
Un job ou un amoureux, ou les deux, ou rien du tout ?

Dernière auteure à qui je rends visite est Sylvie Payet. Je l’avais aperçue lors de la dédicace d’Amélie Nothomb à Amiens le mois dernier mais n’ayant rien sur moi ce jour-là, je n’avais pas pu prendre Duetto qu’elle a co-écrit avec Amélie Nothomb. Du coup, je rattrape le coup en le prenant ce jour (je trouverai bien une occasion de revoir Amélie Nothomb 😉 ). Une auteure adorable une fois de plus avec qui je prends plaisir d’échanger quelques mots.

Couv-DuettoRésumé : « Comptable ? Comment ai-je pu en arriver là, enfermée entre quatre murs. Dans cet univers où je me désagrège, je me lie avec une jeune femme férue de littérature.

– Lis Stupeur et tremblements d’Amélie Nothomb. Son histoire au sein d’une entreprise japonaise te parlera. Elle pourrait être transposable à ce que tu vis et à ce que nous pensons de l’administration à laquelle nous appartenons.

Je lus le roman sans m’arrêter, subjuguée de la première à la dernière ligne. Ainsi, découvrais-je que je m’étais trompée sur toute la ligne dans ma manière d’agir et d’être. Surtout, je découvrais un écrivain, Amélie Nothomb. »

**************

Après un retour express chez moi pour déjeuner (et rappeler à ma boulette de toutou que je vis toujours dans l’appartement), je retourne sur Creil pour assister à une conférence sur les feel-good books avec Carène Ponte, Stéphanie Pélerin et Roxane Dambre. Une conférence en toute légèreté à l’image des livres que les auteures représentent, où on ne voit pas le temps passé.

On est tellement bien installé sur les fauteuils devant la scène que je suis restée pour la conférence suivante qui pourtant est moins légère et amusante que la première puisque l’on a parlé de polars, plus particulièrement les polars historiques qui nous font (re)découvrir toute une époque plus ou moins lointaine. Cette conférence était animée par Frédéric Lenormand et Alain Bron.

Bon, ce n’est pas tout mais je vais finir par faire une sieste si je ne bouge pas. Je refais un dernier tour avant de repartir… Mais c’était sans compter la rencontre avec une collègue qui était venue pour rencontrer Orianne Lallemand (oui on est deux grosses fans à l’école !). Je l’accompagne jusqu’au stand et là je vois la file d’attente… Quand je vous ai dit que j’avais bien fait d’y aller le matin ! Entre temps je me fais griller par une élève (fan de Loup aussi). En repartant, je retrouve Nora Aceval. Elle était venue l’année dernière à l’école pour raconter des contes aux élèves et ma classe avait pu y assister. On se donne quelques nouvelles en espérant se recroiser une prochaine fois.

C’est une fois de plus la tête pleine de rencontres et de souvenirs que je quitte le salon du livre de Creil. Chaque année, j’y passe de plus en plus de temps. On verra l’année prochaine si ça se confirme. 😉


— Le Book Haul en image —

20181117_111551

Publicités

2 réflexions sur “Le Salon du Livre et de la BD, Creil (60)

  1. Pingback: Premières lignes #38 | Des plumes et des livres

  2. Pingback: Salon du livre, Neuilly-en-Thelle (60) | Des plumes et des livres

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s