La dernière lettre, Hélène Vasquez

La dernière LettreTitre original : La dernière lettre

Auteure : Hélène Vasquez

Editions : Alter Real

Paru le : 5 avril 2019

Format lu : Numérique (239 pages)

4e de couverture :

Tara est une brillante femme d’affaires à qui tout semble réussir. Mais la mort tragique de sa mère, survenue des années plus tôt, continue de la hanter. Elle a du mal à aimer et ne fait confiance à personne.

Sa vie bascule lorsqu’après une chute de cheval, son âme atterrit dans le corps de Lizy… une chatte ! Adoptée par un père et son petit garçon, Lizy est d’abord terrifiée puis horrifiée par sa réincarnation. Ce corps n’est pas le sien, ce monde n’est pas le sien. Comment faire pour revenir en arrière ?

Et s’il s’agissait d’un nouveau départ ?

Au fil des jours, John, le père, et Tim, son petit garçon, lui ouvrent les portes d’un monde nouveau, où l’amour et la tendresse vont peut-être lui permettre de panser enfin ses blessures et de réapprendre à aimer.

Mais la vie n’est jamais simple : au bout de cette étrange aventure, arrive une question, et l’heure du choix :

Vaut-il mieux vivre quatre-vingt ans dans la peau d’un être humain submergé par des pensées qu’il est trop souvent incapable de maîtriser, ou quinze ans dans celle d’un chat aimé, choyé, et libre de ses émotions ?

Et vous, quel serait votre choix ?


Oulala ! Je suis très en retard dans mes services presse Alter Real ! J’aurais mis deux mois à lire La dernière lettre d’Hélène Vasquez alors que le sujet  me captivait rien qu’à la lecture de la quatrième de couverture !

Autant dire que les premiers chapitres ont été laborieux. Tara est un personnage que je détestais ! Si elle était restée la même tout au long du roman, je ne sais pas si j’aurais pu parvenir jusqu’à la fin !

Tara mène une vie remplie de succès… professionnels. Côté privé, c’est un peu le vide : son compagnon vient de la quitter, elle n’a pas d’amis, plus de famille. Mais Tara est heureuse, ou pense l’être, car elle n’a besoin de personne pour vivre sa vie. Suite à un malencontreux accident, Tara se retrouve dans le corps d’un chat, dans une famille qui lui est totalement inconnue. Elle rencontre alors, Tim, un petit garçon toujours souriant, et son père, John. Bien qu’au début, elle n’accepte pas sa nouvelle condition de chatte de salon, elle s’attache petit à petit à cette nouvelle famille et s’habitue à l’amour d’un foyer. Jusqu’au jour où lui apparaît sa mère et où elle doit choisir : reprendre sa vie d’humaine là où elle l’avait laissée ou vivre aux côtés des Harrison. Que va-t-elle choisir ?

Sur le fond, j’ai un peu (beaucoup) pensé ) Scrooge dans Un chant de Noël de Charles Dickens (d’ailleurs l’intrigue commence à cette période de l’année). Tara est une trentenaire impitoyable, implacable. Elle est détestable à souhait car aucun sentiment n’a sa place dans sa vie. Pour preuve, quand son compagnon de quelques mois la quitte, sa seule réaction est d’aller échanger la montre hors de prix qu’elle voulait lui offrir à Noël, contre une somptueuse paire de boucles d’oreilles pour elle. Elle est matérialiste à souhait. Puis, elle va se retrouver dans le corps de Lizy, la chatte, dans la famille Harrison et Tara va commencer à évoluer.

Finalement, c’est cette évolution qui donne son rythme à l’histoire. Et j’ai beaucoup apprécié ce roman. Dans les premiers chapitres de La dernière lettre, j’ai détesté Tara car je ne la comprenais pas, je ne comprenais pas sa vie. Puis suite à son accident de cheval, des pans du passé de la trentenaire sont dévoilés de manière à ce que l’on comprenne davantage le personnage et c’est là que j’ai commencé à m’attacher à elle. Que dire de la deuxième partie du roman où l’on ne peut que voir les changements de Tara. J’ai adoré.

La plume d’Hélène Vasquez est très agréable à lire. Dès la première ligne, elle nous fait entrer dans son histoire et plus les chapitres défilent, moins on a envie de quitter tous ces personnages.

La dernière lettre est un roman émouvant, intéressant qui nous ramène toujours à notre existence éphémère d’être humain et qu’il faut profiter du moment présent et bien s’entourer.

Publicités

Une réflexion sur “La dernière lettre, Hélène Vasquez

  1. Pingback: Un corps pour deux, Kate Oliver | Des plumes et des livres

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s