[Prix Audiolib 2021] And the winner is…

Bonjour les bookineurs !

Je reviens avec le dernier article autour du Prix Audiolib 2021. Maintenant que le nom du livre audio gagnant est connu depuis hier soir, je vous fais un retour sur mon expérience de jurée. 🙂

Bon mardi à tous !

Les candidatures

Tout commence en décembre 2020 lorsque Audiolib annonce l’ouverture des candidatures pour le Prix Audiolib 2021. Les conditions ? Aimer les livres audio (logique !) et tenir un blog. Au total, ce seront 20 blogueurs qui seront retenus. Les résultats ont été connus le 28 janvier 2021 et quelle ne fut pas ma joie de recevoir le mail annonçant que ma candidature avait été retenue ! A partir de là, j’ai dû faire une rapide présentation, complété un portrait chinois livresque… Bref, rien de bien compliqué. Enfin si… La danse de la joie ne devait pas être la bonne car j’ai fait venir la pluie ! Oups…

Dix titres sélectionnés par l'équipe Audiolib

L’équipe éditoriale d’Audiolib a déjà pré-sélectionné les dix titres participant au Prix. Je les ai reçus en deux colis (le premier début février et le second courant mars). Dix livres audio à écouter en quatre mois… Cela peut sembler peu mais à l’époque ça faisait beaucoup car je n’audiolisais qu’en voiture sur mes trajets travail / maison (soit 30 minutes par jour !).

De février à début juin : écoute des livres audio

Quatre mois pour audiolire, chroniquer et classer les dix livres audio pré-sélectionnés. Mes habitudes de lectrice audio ont beaucoup changé. Alors que j’audiolisais essentiellement en voiture (en moyenne je n’écoutais qu’un voire deux livres audio maximum par mois, pour moins d’une vingtaine d’heures d’écoute), j’ai commencé à audiolire pendant les pauses du midi en corrigeant les cahiers de mes élèves, en préparation mes articles de blog le week-end, en préparant ma classe le mercredi. Bref, j’audiolisais à chaque occasion. Car j’ai un avantage : je suis incapable de me contenter d’écouter. Je dois toujours faire autre chose et cela n’entache pas ma compréhension. De ce fait, fin mai je publiais ma dernière chronique pour le Prix et mon classement des dix livres en compétition. Finalement ma peur de ne pas arriver à audiolire les livres dans les temps était infondée puisque j’ai fini très en avance !

Les livres audio proposés sont de genres variés. Des auteurs canadiens, américains, suisses, français… Du polar, historique, autobiographie… Il y en avait pour tous les goûts ! Je ne connaissais pas la plupart des auteurs (ou alors que de nom). Je n’avais lu aucun livre proposé donc cela n’a été qu’une grande et belle découverte.

Fin mai / Début juin : le choix des cinq finalistes

Une fois les dix livres audio écoutés, il fallait les classer par ordre de préférence. On pourrait croire que cela allait être difficile, pourtant au fil des écoutes, le classement s’est dessiné de lui-même. Seule les places intermédiaires pouvaient changer régulièrement car à la fin seuls cinq livres audio allaient rester en compétition. Mais les premiers et les derniers étaient plutôt évident à mon sens.

De fin juin à fin août : Les cinq finalistes

Avec un peu de retard, les cinq finalistes ont enfin été dévoilés. D’ailleurs je vous en avais parlé à ce moment-là. Et j’ai été ravie ! Mon Top 5 était intégralement retenu. Oui, oui, les cinq livres finalistes étaient mes cinq écoutes préférées. A partir de là, mon rôle de jurée était terminé et le vote final, c’était les lecteurs qui allaient le décider.

And the winner is...

Cela fait un moment que je connais le nom du livre audio gagnant. Mais il fallait garder le secret jusqu’à la cérémonie de remise du Prix Audiolib 2021 qui a eu lieu hier soir à Paris. Vous voyez les secrets sont bien gardés avec moi. 😉

Si vous avez bien lu mon classement des livres audio, vous allez comprendre ma joie. Le gagnant du Prix Audiolib 2021 est Là où chantent les écrevisses de Delia Owens, lu par Marie du Bled. J’avais eu un énorme coup de cœur pour ce livre audio. Non seulement la lectrice m’avait emporté dans ce récit sans aucune difficulté, mais l’histoire de Kya, cette petite fille vivant à l’écart de la société, m’avait profondément touchée. Je suis donc plus que ravie que ce soit ce roman qui remporte le Prix.

Lire ma chronique sur Là où chantent les écrevisses de Delia Owens

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s