[Service Presse] Vendeurs de rêves, Alice Babin

Vendeurs de rêves

Numérique – 224 pages
Publié le 19 novembre 2019
L’Alchimiste Editions
– Service Presse –

*
*   *
*

~ 4e de couverture ~

Que feriez-vous si vous pouviez choisir vos rêves ? Poussez la porte de la rêvothèque du quartier, consultez le catalogue : rêves de sport, rêves de voyage, de nourriture… et même des cauchemars, pour explorer les plus terribles sensations ! L’onigraphie révolutionne la vie des hommes. Tandis que Léo se fait implanter des rêves thérapeutiques, pour enfin surmonter son handicapante timidité, son jeune frère, Erwann, désire un tout autre type de production onirique et devient rapidement accro. Mais, comme à chaque fois qu’une nouvelle technologie apparaît, bientôt, les abus, les excès et les arnaques fleurissent… Alice Babin nous plonge dans un futur proche où la biotechnologie des rêves fait fureur. On y croise des personnages qui résistent, qui sombrent alors que d’autres se réalisent. Jusqu’où peuvent aller les rêves ?

*
*   *
*

~ Mon avis ~

Dans Vendeurs de rêves, Alice Babin nous emmène dans un univers un peu fou, mais futuriste et surtout très crédible. Dans son roman, elle décrit la possibilité de choisir ses rêves, en se faisant implanter le scénario choisi dans une rêvothèque.

Nous rencontrons alors la famille Beaumont, principalement, et d’autres personnages qui vont toucher au monde onirique. Dans cette famille, la mère est farouchement opposé au développement des rêvothèques qui, pour elle, sont synonymes de dérives car la société de consommation étant ce qu’elle est, les gens n’auront pas conscience des dangers. A travers ses fils, nous verrons le meilleur comme le pire de l’onirigraphie.

Comme dans toute évolution, les dérives arrivent quasiment instantanément. A chaque nouveauté, on trouve les fervents défenseurs, mais aussi les opposants radicaux. Alice Babin développe parfaitement l’émergence de cette nouvelle technologie avec le développement du commerce du rêves avec les rêvothèques, des dérives illégales dans les rêvodromes, puis le développement de la branche thérapeutique qui est beaucoup plus encadrée.

Avec des chapitres courts, des situations décrites précisément mais sans fioriture, Alice Babin nous entraîne dans la course folle qu’est l’implantation du rêve. Sa plume est directe, fluide, agréable à lire. On ne voit pas les pages défiler.

Vendeurs de rêves questionne, captive, dérange. Il ne laisse pas indifférent et nous fait ressentir différentes émotions selon les personnages et leur histoire.

Un roman à découvrir sans tarder !

2 réflexions sur “[Service Presse] Vendeurs de rêves, Alice Babin

  1. Pingback: C’est lundi, que lisez-vous ? #103 | Des plumes et des livres

  2. Pingback: Bilan lecture de 2019 | Des plumes et des livres

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s