[Service Presse 💖] A bout de nerfs, James Barnaby

A bout de nerfs

BrochĂ© – 408 pages
Publié le 17 octobre 2019
Editions de Borée
– Service Presse –

*
*   *
*

~ 4e de couverture ~

Angelica, une AmĂ©ricaine de 25 ans, travaille comme fille au pair Ă  Londres. Un soir, en rentrant du pub oĂč elle a l’habitude de retrouver son ami Jim, elle dĂ©couvre avec horreur que le pĂšre de famille a mis fin Ă  ses jours aprĂšs avoir abattu sa femme et ses deux petites filles. Sous le choc, la jeune femme accepte alors l’Ă©trange offre d’emploi que lui a dĂ©nichĂ©e Jim dans les petites annonces : un poste de nurse richement rĂ©munĂ©rĂ© dans un chĂąteau en Ecosse. Ils se rendent tous les deux sur place, sont reçus par un couple excentrique qui embauche aussitĂŽt la jeune femme et lui confie la garde de leurs deux enfants pour vingt-quatre heures. Jim reste avec son amie pour lui tenir compagnie. L’orage gronde, quand soudain, l’Ă©lectricitĂ© est coupĂ©e, plongeant le sinistre manoir dans l’obscuritĂ©. Lorsque la lumiĂšre revient, Jim et les enfants ont disparu…

HarcelĂ©e par les enquĂȘteurs qui la soupçonnent d’ĂȘtre impliquĂ©e dans l’enlĂšvement des petits, Angelica commence Ă  se poser des questions. Qui est vraiment Jim ? Est-il victime, ou auteur de ce rapt ? Cherche-t-il Ă  la manipuler ? A moins qu’un danger plus grand encore ne la menace…

*
*   *
*

~ Un extrait ~

Galloway puisa des forces dans le contenu de sa pinte avant de reprendre son explication.
– Ce n’est pas Ă  cause des gens qui vivent lĂ -bas. C’est Ă  cause du lieu. PassĂ© le coucher du soleil, il se passe… des choses. D’ailleurs les domestiques du manoir ne s’y rendent que la journĂ©e et rentrent toujours dormir au village le soir. Mais les nurses, c’est pas pareil. Elles doivent rester la nuit pour veiller sur les enfants. Et ça, elles ne veulent pas.
Angelica Ă©clata d’un rire ironique.
– Qu’est-ce que vous voulez dire au juste ? Elles ont peur des fantĂŽmes ? C’est un manoir hantĂ©, c’est ça ?
Des murmures de dĂ©sapprobation s’Ă©levĂšrent autour d’eux, tandis que Tina Ă©carquillait les yeux comme si le diable venait d’entrer dans son pub. La physionomie du jovial Fingal Galloway se ferma instantanĂ©ment. Il finit sa pinte en trois gorgĂ©es, la reposa lourdement sur le comptoir et assĂ©na d’un ton froid :
– Mademoiselle, vus apprendrez vite qu’il y a des choses avec lesquelles on ne doit jamais plaisanter en Ecosse. Sur ce, je vous souhaite le bonsoir.
Et il sortit sans un mot ni un regard en arriĂšre.

*
*   *
*

~ Mon avis ~

Quelle ne fut pas ma surprise en dĂ©couvrant dans ma BAL le nouveau roman de James Barnaby, A bout de nerfs, publiĂ© depuis le 17 octobre dernier chez De BorĂ©e Editions. Bon, il faut dire que si je le voulais, j’aurais pu lire ce thriller depuis un moment, puisque je l’ai vu chez France Loisirs depuis dĂ©cembre dernier… (mais Ă  l’Ă©poque je n’avais pas encore dĂ©vorĂ© A fleur de peau…) Enfin, je n’ai pas compris, je reçois ce merveilleux thriller et pouf ! Il a sautĂ© dans ma valise. ObligĂ©e de le lire pendant les vacances donc… (quelle corvĂ©e !! lol)

Dans A bout de nerfs, nous faisons la connaissance de Samuel, une sorte de trader en Israël, dans une société de transactions internationales un peu louche sur les bords mais qui permet à cet immigré de vivre correctement.
D’un autre cĂŽtĂ©, nous rencontrons Angelica, une fille au pair amĂ©ricaine qui en rentrant d’une soirĂ©e au pub avec ses amis londoniens, va dĂ©couvrir sa famille d’accueil dĂ©cimĂ©e. Par providence, une offre d’emploi de nounou en Ecosse arrive Ă  point nommĂ©. SitĂŽt arrivĂ©e dans le manoir Ă©cossais, les propriĂ©taires lui accordent une grande confiance et la laisse gĂ©rer les deux enfants pour une nuit. Mais les drames semblent s’accrocher Ă  la jeune fille qui n’a qu’une solution : appeler son oncle, agent spĂ©cial au FBI, Joseph Sleuth.

J’ai Ă©tĂ© ravie de voir le retour de Jo. J’avais beaucoup apprĂ©ciĂ© ce personnage dans la prĂ©cĂ©dente enquĂȘte A fleur de peau. De plus, j’ai trouvĂ© sympa de donner des nouvelles de Jane et sa mĂšre.

Bref, sans surprise, Ă  peine je me suis plongĂ©e dans A bout de nerfs, que j’ai eu du mal Ă  me dĂ©tacher de ce thriller ! L’auteur embrouille le lecteur, le mĂšne sur des mauvaises pistes, le surprend Ă  chaque fois. A bout de nerfs m’a mis les nerfs en pelote !

A l’instar d’Angelica, on essaie de faire le lien entre toutes les informations rĂ©coltĂ©es. Et mĂȘme si parfois, on a plus d’informations qu’elle, on reste dans le flou, on ne comprend pas tout. Puis, on se demande mais quel est le lien avec Samuel et TradeOption prĂ©sentĂ©s dans le premier chapitre ?

Le final, la rĂ©solution de l’enquĂȘte sont tout simplement splendides et pleins de surprises. Une fois encore, James Barnaby a su garder le suspens jusqu’Ă  la fin et offre un nouveau thriller des plus captivants. Un coup de coeur Ă  n’en point douter !

>> (Re)découvrez ma chronique sur le premier thriller de
James Barnaby, A fleur de peau, ICI <<

4 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s