[Service Presse] L’Insigne du Boiteux, Thierry Berlanda

L'Insigne du boiteux

Broché – 335 pages
Publié le 14 février 2019
Editions de Borée

*
*   *
*

~ 4e de couverture ~

À quelques mois de la retraite, le commandant Falier se retrouve à la tête d’une affaire comme il en existe fort peu : un tueur psychopathe tue des mères de famille sous le regard de leur enfant de 7 ans. De quoi défrayer la chronique et attiser les peurs enfouies. Afin de l’aider sur l’affaire, le commandant fait appel au professeur Bareuil et à l’une de ses anciennes étudiantes, Jeanne, elle-même mère d’un enfant. Car il faut arrêter le psychopathe avant que celui-ci ne cause de nouvelles victimes. Les crimes sont odieux, cruels mais que cachent ces horreurs ? Alors que les indices commencent à apparaître que les éléments commencent à se rejoindre, le meurtrier gagne du chemin. Bientôt, ce sera Jeanne qui sera dans sa ligne de mire. Les enquêteurs devront faire preuve de courage et de force pour sauver la jeune femme et mettre un terme à ces tueries.

*
*   *
*

~ Mon avis ~

Avant de me plonger dans les deux premiers tome de la Trilogie des Cercles, j’ai préféré me mettre un peu plus à jour dans mes services presse et j’en avais encore un roman de Thierry Berlanda qui patientait bien sagement sur mes étagères : L’Insigne du Boiteux.

Même si on est sur un genre différent de Cerro Rico (ici, il s’agit d’un polar pur), j’ai été agréablement surprise de retrouver le même style d’écriture de l’auteur avec un vocabulaire riche et soigné.

Thierry Berlanda n’abuse pas de la violence et du sang comme on peut le retrouver dans d’autres romans. Il dissémine à chaque page juste ce qu’il faut pour comprendre la violence du crime, sans trop en faire, que l’on a affaire à un tueur sanguinaire mais dont le rituel et les motivations restent obscures.

Ajouter à cela deux professeurs de la Sorbonne avec un passé commun qui enrichit grandement les soupçons, l’angoisse et la tension au fil des pages.

A travers L’Insigne du Boiteux, Thierry Berlanda nous en apprend un peu plus sur la culture byzantine, sans pour autant jouer au professeur d’histoire ennuyeux. Comme pour les crimes, ses informations sont justes dosées, ni trop, ni trop peu.

L’Insigne du Boiteux est un polar des plus agréables à lire et l’auteur, Thierry Berlanda, est sans aucun doute une des plus belles découvertes littéraires que j’ai faite cette année.

Une réflexion sur “[Service Presse] L’Insigne du Boiteux, Thierry Berlanda

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s