Premières lignes #59

Bonjour les amis !

Encore une semaine compliquée qui s’achève. Autant la semaine dernière, j’étais malade et j’ai rendu malade tout mon entourage, cette semaine, c’est au tour de ma boule de poils de montrer des signes de faiblesse. Alors oui, c’est un toutou, mais c’est un membre de ma famille et si elle va mal, tout le monde va mal. Néanmoins, comme j’ai dû la surveiller plus d’une fois, j’en ai profité pour bouquiner un peu et comme bien souvent, je vais coupler le rendez-vous des Premières lignes avec le #VendrediLecture .

Ce vendredi, je suis donc dans la lecture de Laissez-moi faire de Gélou Morel (Editions Marivole).

Bon vendredi à tous !


Chapitre 01

     Bonjour !
Approchez-vous !
Encore un peu plus près…
Ce que je m’apprête à vous confier ici doit rester entre nous. Il ne faudrait pas que n’importe qui risque de lire mes confidences par-dessus votre épaule.
Surtout que ceux qui ne me connaissent pas pourraient être choqués, de m’entendre bientôt pousser des soupirs de désirs qui s’achèveront en cris de plaisir…
Eh oui, dans moins d’une heure je serai en plein orgasme !
Mais votre lecture ne me dérange pas du tout. D’autant que je simule…
C’est une activité pas plus fatigante ni plus dégradante qu’une autre, et qui me permet de gagner correctement ma vie.
Si vous écoutez les plus âgées de mes copines, elles vous diront qu’il y a encore vingt ans, elles venaient travailler ici trois ou quatre jours par semaine. Cinq pour les plus douées. A cette époque, elles possédaient toutes des Mercedes et ne s’habillaient que chez Jean-Paul Gaultier.
Malheureusement, le métier ne rapporte plus autant aujourd’hui.
Avec la crise du cinéma, il y a beaucoup d’actrices comme moi qui ne travaillent plus suffisamment et qui arrondissent leurs fins de mois dans ce studio d’enregistrement, en assurant le doublage des films pornographiques russes ou roumains. Vous seriez étonnées du nombre de comédiennes encore célèbres qui viennent ici, pour arriver à payer leurs impôts. Il y en a même une qui a été pensionnaire de la Comédie française durant sept ans : je vous donnerai son nom au cours de mes séances de dédicaces si vous pensez à me le demander…
Bref, on gagne ici juste de quoi s’acheter les derniers modèles de Louboutin, et payer notre loyer.

Laissez-moi faire

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s