Premières lignes #53

Bonjour la compagnie !

Comme chaque vendredi on se retrouve pour découvrir ou redécouvrir les Premières lignes d’un roman qui m’a plu ou que je suis en train de lire. 

Pour cette semaine j’ai choisi l’un des livres qui est proposé pour le concours des 3 ans du blog que j’ai lu il y a un bon moment. Il s’agit de Just Married de Jérôme Dumont.

Bon vendredi !

Rappel : Le concours anniversaire propose 19 ebooks à gagner. Vous pouvez participer jusqu’au 12 mai midi.


1.

Rien n’était trop beau pour Alice. Un coup de foudre aussi intense que réciproque avait précipité Thomas dans une nouvelle dimension : le mariage. En quelques semaines, sa vie avait pris une trajectoire qu’il n’avait pas eu le temps de planifier. Alice avait mis du piment dans son existence, le grain de folie qu’il ne s’était jamais autorisé, trop occupé qu’il était à bâtir sa nouvelle vie. Elle avait débarqué comme ça, sans crier gare. Dès leur premier échange, il avait sur que pour cette fille-là, il serait capable de faire n’importe quoi. Il n’aurait jamais osé l’aborder et savait que si celle-ci n’avait pas fait le premier pas, elle ne serait jamais restée qu’un fantasme, une fille « trop bien pour lui » de plus, comme il en avait croisé des dizaines, dont la plupart ne daignaient même pas poser leurs yeux sur lui. Non pas qu’il fut d’un physique ingrat ou repoussant : Thomas était plutôt pas mal, même si sa taille et sa corpulence désespérément moyennes ne le distinguaient en rien des autres. il était surtout, pour toutes ces femmes qu’il croisait, totalement transparent. Travailler dans une boulangerie des beaux quartiers parisiens avait ce don de vous rendre invisible des clients qui ne voyaient en lui qu’un fournisseur d’une denrée quotidienne indispensable. Il n’était en outre « exposé au public », comme il se plaisait à dire, qu’en début de matinée ; il s’occupait de la caisse avant l’arrivée de la femme du patron durant une heure et demie, après en avoir terminé au sous-sol où il prenait ses quartiers à quatre heures du matin. Après quoi, il se dévouait, de toutes ses forces, à sa future vie, celle qu’il s’était choisie et à laquelle il avait consacré tant d’efforts. Une réorientation drastique qu’il touchait enfin du doigt. Il s’était promis de mettre de côté tous ses questionnements et avait décidé que rien en viendrait gâcher le voyage de noces qu’ils venaient d’entamer.

03 Just married

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s