A fleur de peau, James Barnaby

A fleur de peauTitre original : A fleur de peau

Auteur : James Barnaby

Editions : de Borée

Paru le : 18 octobre 2018

Format lu : Broché (396 pages)

4e de couverture :

Brillante étudiante à l’Université du Wisconsin à Madison, Jane souffre de « fugues temporelles » depuis ses 11 ans, année où elle a été enlevée, dans des circonstances mystérieuses qui n’ont jamais été élucidées. En vacances dans le chalet familial au bord du lac Mendota, la jeune fille est seule avec son beau-père Richard, sa mère ayant dû se rendre en urgence à Chicago pour son travail. En pleine nuit, elle se réveille les mains ensanglantées, un couteau à ses pieds. Elle n’est plus dans sa chambre mais dans celle de ses parents. Richard gît à ses côtés, égorgé…
Arrêtée, Jane est déférée devant la Cour criminelle. Elle le sait, elle a tout de la coupable idéale. Pour le procureur du comté et la police de Madison, l’affaire est claire : Jane a commis ce crime odieux dans une crise de folie. Ce n’est pourtant pas l’avis de Joseph Sleuth, l’agent local du FBI, qui penche plutôt pour un assassinat politique maquillé en crime de famille. Écologiste militant, Richard, en campagne électorale pour le poste de sénateur, avait en effet de nombreux ennemis à la Bourse des valeurs agricoles de Chicago, lobby puissant et influent, où le père de Jane est courtier… Libérée sous caution et placée en observation dans un hôpital psychiatrique sur décision du juge, Jane est prise en charge par un spécialiste de l’hypnose. Au fil des séances qui la replongent dans son passé, elle retrouve la mémoire. L’étau se resserre…


Voilà plusieurs mois que les Editions de Borée m’ont envoyé A fleur de peau de James Barnaby paru le 18 octobre dernier.

Dès les premières pages, on est intrigué, dérangé par Jane. C’est une jeune femme brillante, première de sa promo, âgée de 19 ans. Le problème ? Jane a des pertes de mémoires durant lesquelles elle revit des scènes violentes des films de Walt Disney et pendant qu’elle « rêve », elle fait des choses étranges. Alors qu’elle se prépare à fêter le Jour de l’Indépendance avec son beau-père, Richard, elle se réveille en pleine nuit après une nouvelle crise. Elle est couverte de sang. Son beau-père a été assassiné.

Du premier au dernier chapitre, A fleur de peau est addictif. Les chapitres sont courts, ce qui donne une bonne dynamique de lecture. On alterne les moments avec Jane qui est persuadée de sa culpabilité et des autres personnages, notamment sa mère, l’agent du FBI Joseph Sluth, les juges et médecins qui tâchent de démêler cette affaire.

L’intrigue est très bien menée et ficelée. Pourtant pendant une bonne partie du roman, je ne voyais pas comment l’auteur allait parvenir à démêler toute cette intrigue qui est très complexe ! Mais au final, on s’aperçoit que tout avait une explication, jusqu’à l’enlèvement de Jane lorsqu’elle avait 11 ans !

Le style d’écriture de l’auteur est fluide, soigné et très agréable à lire. Les références aux dessins animés est intéressante et leurs analyses percutantes et instructives.

J’ai adoré ce roman, c’est un coup de coeur.

Publicités

2 réflexions sur “A fleur de peau, James Barnaby

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s