In my mailbox #27

Bonjour les amis !

La semaine précédente, pour une fois depuis longtemps, il n’y avait eu aucune réception ! Ma boîte aux lettres et ma boîte mails ont pu souffler un peu. En cette semaine de rentrée, les livres recommencent à arriver petit à petit, on reprend le rythme !

Bon dimanche !


Je reçois tout d’abord en numérique, La légende d’Iseabeil et Keir, Tome 1 : Au coeur du Loch de Marine Gautier pour la catégorie Romance du Prix des Auteurs Inconnus.

légende d'iseabail & keirRésumé : L’Écosse, ses îles et ses histoires.

Dans un pays encore marqué par les rébellions jacobites, Andrew, ancien Highlander, tente d’élever seul ses deux filles : Iseabail et Moira. Au travail de la terre se succèdent les escapades secrètes au bord des Lochs. La famille s’y retrouve autour d’un air de cornemuse, savourant les contes de leur lande.

Sous la surface ondulent les mythes.

Cependant, l’apparition d’un être de légende bouleverse l’une des sorties de la famille McAndie. Craignant pour la vie de sa jeune sœur, Iseabail s’élance vers l’esprit aquatique et se fait engloutir avec lui au fond des eaux sombres.

Un sacrifice peut-il changer tout un destin ?

Puis, c’est dans ma boîte aux lettres que j’ai trouvé Mes très chers amis de François Rantrua, publié depuis novembre dernier aux Presses du Midi.

mes très chers amisRésumé : Contraint par son mystérieux interlocuteur d’expliquer les évènements qui ont « fait basculer son existence », Guillaume Einaudi doit se mettre à table. Il voit défiler devant ses yeux le film de sa vie, dans un suspense qui tiendra le lecteur en haleine jusqu’au dernier coup de théâtre. Même s’il ne dit pas toujours toute la vérité, notre personnage raconte de nombreuses péripéties, que ce soit avec sa ravissante épouse Mathilde, avec son beau-frère, le flamboyant et sulfureux baron Alexandre de Naurley, dit ADN, ou encore avec d’autres « amis » plus ou moins recommandables… À la suite de ses études d’ingénieur complétées par une formation en management, l’auteur a exercé différentes responsabilités, telles que directeur financier d’une société d’ingénierie ou gestionnaire de projets publics et privés en Europe, en Asie, et en Afrique dans les secteurs des nouvelles technologies, de l’environnement et de la finance. Après plusieurs années passées à la Banque mondiale dont huit en tant que Représentant Résident en Afrique et en Europe, il a décidé de mettre sa carrière entre parenthèses pour transformer quelques-uns de ses rêves, et en particulier celui d’écrire, en réalité.

Alors que j’allais clôturer cet article, le facteur fait sa dernière tournée de la semaine et me dépose deux colis dans ma boîte aux lettres.

Tout d’abord un service presse des Editions Fauves avec Le jour où tout bascule d’Edouard Moradpour, à paraître le 31 janvier.

le jour où tout basculeRésumé : « J’étais matérialiste. Je ne croyais qu’en ce que je voyais. L’âme était une invention des religions et il n’y avait rien après la mort, rien que le néant. Pas de « vie » après la vie, le vide, comme une nuit sans rêves. Je ne croyais pas non plus à l’amour et pensais être incapable d’aimer, d’avoir réellement de l’amour pour l’autre ; en avais-je pour moi ? Et puis survint la tragédie. Le 26 juin 2008, ma compagne Elena avec qui je vivais depuis sept ans à Moscou se suicidait dans notre appartement.

Je me sens maintenant assez fort pour vous raconter l’itinéraire de mon « Éveil » vers la Spiritualité : celui que j’étais et celui que je suis. Je veux témoigner, partager ce tournant de ma vie. Expliquer comment cette épreuve m’a ouvert les yeux et m’a apporté la Lumière, malgré les heures les plus sombres de mon existence. » 

L’auteur livre un récit personnel et sincère, dans lequel il explore les thèmes du couple, du deuil, de la culpabilité après le suicide de sa compagne, et comment il a surmonté cette épreuve. Il revient sur ses expériences « mystiques » avec de grands mediums, qu’il décrit avec lucidité ; au départ très sceptique, il a été amené à changer sa vision de « l’après », et par là-même celle du mystère de la vie et de l’origine de l’univers.

Le deuxième colis est ma commande France Loisirs. Elle contient trois livres.

  • A bout de nerfs, James Barnaby

a-bout-de-nerfsRésumé : À Londres, un père de famille se suicide après avoir abattu sa femme et leurs deux filles.
En Écosse, un soir d’orage, deux jeunes enfants disparaissent dans la nuit.
Le point commun de ces deux affaires : Angelica, jeune fille au pair américaine, qui rêvait simplement de visiter l’Europe. Terrible coïncidence ou sombre machination ?

  • L’ombre de l’autre, Fabio M. Mitchelli

l'ombre de l'autreRésumé : Metz, de nos jours. Lisa, étudiante de 18 ans, a été violée puis étranglée. Quelques jours plus tard, Mélanie, 24 ans, est assassinée. Elle aussi victime d’un viol et d’un étranglement, elle est retrouvée le crâne défoncé par un cric. L’enquête est confiée au commandant Samuel Steiner, encore auréolé du succès de sa dernière affaire.

Persuadé d’avoir affaire à un duo d’assassins, Steiner est troublé par la lecture d’un article concernant le procès de Francis Heaulme : le mode opératoire des deux meurtres est identique à celui du tueur en série. Serait-on face à un copycat ? Un ami psychologue met Steiner en relation avec Pierre-François Le Gall, le gendarme qui a mis un terme à l’escalade meurtrière de Heaulme en accomplissant l’exploit d’entrer dans la tête du tueur. Steiner compte bien en faire autant…

  • Ecoute le chant du vent, suivi de Flipper, Haruki Murakami

ecoute-le-chant-du-ventRésumé : Écoute le chant du vent
Au Japon, dans les années 1970. Un jeune homme use tous les soirs les sièges d’un bar miteux de sa ville natale. Là, il refait le monde autour d’une assiette de frites en compagnie de son meilleur ami, « le Rat ». Ensemble, ils lisent, écoutent de la musique, philosophent, regardent le temps passer, profitent de ces soirées douces et chaudes Jusqu’au jour où surgit une femme mystérieuse, farouche, attirante, qui n’a que quatre doigts

Flipper, 1973
Le narrateur d’Écoute le chant du vent est désormais traducteur en freelance. Ressassant les souvenirs d’une ex-petite amie qui s’est suicidée, des manifestations étudiantes auxquelles il a assisté, il est perdu dans le passé. La nostalgie l’envahit et avec elle, le souvenir obsédant d’un vieux flipper qu’il adorait.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s