Premières lignes #29

Bonjour les amis !

Quelle semaine ! Je n’ai jamais été autant à la bourre pour le blog que cette semaine. Même si mes lectures continuent d’avancer, je tarde à écrire mes chroniques et rendez-vous… La preuve, cette semaine j’ai tout préparé du jour pour le lendemain !! Bref, qu’à cela ne tienne, j’arrive malgré tout à publier mes articles dans les temps…

Pour les Premières lignes de ce vendredi, j’ai choisi un livre jeunesse. En effet, à l’heure où ces lignes vont être publiées, je serai avec mes élèves et l’auteure de Banzaï Sakura, Véronique Delamarre-Bellégo. Même si ce livre est recommandé à partir de 10 ans, en lecture magistrale cela passe très bien pour des plus jeunes. Mes élèves ont adoré et ont préparé une liste de questions pour l’auteure !

Belle journée !


Chapitre 1
Le carnet

Bonjour,
Tu es le plus beau carnet que j’aie jamais vu. Tu viens du Japon – le sais-tu ? – et ta couverture de papier rouge est ornée d’une multitude de fleurs de cerisiers à cinq pétales.
Tu as été fabriqué dans un très ancien magasin de Tokyo, une vieille boutique en bois blottie dans une petite rue en pente qui s’appelle la Kagurazaka. C’est Sakura qui me l’a dit. J’adore quand elle m’apprend des mots japonais, j’ai l’impression de voyager au bout du monde avec elle. Toi aussi, tu as fait un grand voyage pour arriver jusqu’à moi.

C’est très intimidant d’écrire ses premiers mots sur la première page blanche d’un si beau carnet. Toi et moi, nous ne nous connaissons pas encore, c’est la première fois que nous nous parlons, mais nous deviendrons amis tous les deux, tu veux bien ? Oh lala, je ne sais pas parler à un journal intime, moi. Je suis plus à l’aise sur un terrain de foot. D’ailleurs, faut-il que je t’appelle « journal intime » ou « carnet » ? Ou préfères-tu que je te donne un nom, genre Raymond-le-cornichon, Gudule ou Aglaé ? Non, je rigole, pas de panique, tu n’as vraiment pas une tête à porter un nom ridicule.

Je vais donc te raconter ce qui s’est passé depuis le jour où Sakura est entrée dans ma vie. Il se peut que je te fasse aussi des confidences, que je te livre quelques secrets, alors interdit d’aller tout raconter à tes copains les autres carnets. Compris ? Sinon, couic, je te zigouille, je te déchire, je te découpe en morceaux, je te réduis en confettis, et, avec tes restes, je fais un grand feu dans le jardin et j’envoie tes cendres au Japon.

banzai-sakura

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s