Le baiser écarlate, Virginie Carré-Lapresad

Le baiser écarlateTitre original : Le baiser écarlate

Auteure : Virginie Carré-Lapresad

Editions : Autoéditions

Paru le : 25 juin 2018

Format lu : Numérique (61 pages)

4e de couverture :

Lorsque la haine est plus forte que l’espoir ! 853 – Irlande Partagée entre mon amour pour Aedan et ma fierté, j’ai commis l’irréparable. Et tout a basculé. Ce matin-là, jamais je n’aurais cru pouvoir haïr à ce point ! Même l’aversion que j’éprouvais dorénavant à l’égard d’Aedan était teintée de tristesse et d’amertume, atténuant ma rancœur. La vie ne m’avait pas épargnée. Malgré les moqueries, la trahison et les injures, j’avançais, vivant cette rude existence rythmée par les saisons et les marées. Jusque-là, j’avais réussi à affronter ce destin cruel. Mais tout bascule, ce matin d’été où les Ténèbres embrasent notre village. Qu’y avait-il de pire que la mort ? À ma connaissance, rien ! Et pourtant ?


J’ai découvert la plume de Virginie Carré-Lapresad cet été en lisant le premier tome des Gardiennes de l’Aube, même si ma rencontre avec cette auteure remonte déjà à avril dernier au salon du livre de Beauvais… J’avais hâte de découvrir son mini-roman Le baiser écarlate dont le résumé intrigue suffisamment pour titiller ma curiosité.

La plume de l’auteure nous plonge dans l’Irlande de 853 aux côtés d’Aislin, une jeune femme meurtrie par le décès de sa mère un an plus tôt, et par une mise à l’écart et une méfiance cruelle de la part des villageois.

J’ai eu un peu de difficultés à me plonger dans le roman, mais passé le premier chapitre, le contexte ayant été posé, on y voit plus clair dans la vie d’Aislin et des siens. Plus les chapitres défilent, plus la tension monte. Aislin nous cache des choses, des événements dramatiques. Petit à petit les révélations se font. La mère d’Aislin a été condamnée pour sorcellerie à la place de sa fille, pourtant nul n’ignore les capacités hors normes de cette dernière.

Au début de l’histoire, on est tenu à l’écart du secret d’Aislin, on tourne autour du pot sans jamais que les choses soient dit clairement, ce qui implique une certaine incompréhension, une mise à distance qui peut déranger. Puis une fois la confidence faite, le roman prend une tournure plus fantastique avec la venue d’autres personnages.

C’est un mini-roman sombre qui mènent la vie dure aux différents personnages que ce soit Aislin, sa famille, leurs voisins… Tous sont malmenés par la venue de barbares. Aislin doit choisir entre aider un village qui lui a tourné le dos et a détruit sa vie, ou tout simplement rejoindre les siens.

Petit plus appréciable : la playlist à la fin du livre qui permet de s’approprier les musiques ayant inspiré l’auteure à l’écriture de Le baiser écarlate.

Je terminerai sur un point négatif mais qui est en passe d’être réparé : les coquilles ! Après avoir lu quelques chapitres, j’ai envoyé un message à Virginie car j’ai été surprise des coquilles (son premier roman n’en contenait pas). Finalement, l’auteure, adorable, avait déjà commencé à corriger quelques erreurs et m’a même permise de lui envoyer toutes celles que j’ai pu relever. De ce fait, on peut même dire que j’ai lu deux fois ce livre. ^^

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s