Je ne veux pas de ton foie, Isabelle Marnier

Je ne veux pas de ton foieTitre original : Je ne veux pas de ton foie – Lettre à ma fille

Auteure : Isabelle Marnier

Editions : Fauves Editions

Paru le : 31 mai 2018

Format lu : Numérique (246 pages)

4e de couverture :

« Je ne veux pas de ton foie. C’est trop tard… Je suis lasse de vivre ainsi… ». Ainsi s’achève le courrier funeste, qu’adresse une fille gravement malade à sa mère. Un véritable appel au secours auquel la mère va répondre à travers ce livre, retraçant pas à pas le long cheminement d’une vie où se mêlent trop de sentiments, trop de drames et d’incompréhensions. Où plane la vilaine fée de la drogue, qui va distiller ses poisons avec lenteur, jusqu’à faire de cette enfant tant désirée une victime dressée contre sa propre mère. Deux solitudes pour une même vie.
Si le foie, offert tel un espoir de survie était bien compatible, mère et fille peuvent-elles l’être lorsque le destin s’en mêle ? Dans ce récit inspiré par son vécu personnel, Isabelle Marnier explore la complexité des relations filiales.

Mon avis : 5 / 5

Lorsqu’on lit le résumé de Je ne veux pas de ton foie – Lettre à ma fille, on ne s’attend pas à un récit des plus joyeux.

Dans ce livre, l’auteure, Isabelle Marnier, relate sa relation pas toujours évidente avec sa fille aînée, Charlotte, emportée par une hépatite.

Dès les premières lignes l’écriture d’Isabelle Marnier nous emmène dans le récit d’un pan de sa vie. Sa vie de mère. On ne peut rester insensible à la vie de cette femme, qui a dû traverser bon nombre d’épreuves, toutes aussi ardues les unes des autres. Et pourtant malgré les malheurs, la mort qui frappe à sa porte, elle a su se reconstruire. Mais quel impact sur ses enfants ?

C’est la réflexion qu’elle se fait dans ce livre. Après avoir reçu une lettre de Charlotte refusant son don de foie pour tenter de la sauver, Isabelle remonte aux premiers cris de sa fille aînée pour tenter de comprendre comment sa fille a pu en arriver là, à quel moment leur vie se sont éloignées, quels ont été les mauvais choix (qui paraissaient pourtant les meilleurs sur le moment) faits par la mère de famille ?

Ce récit de vie, d’une relation mère-fille qui passe par les épreuves, les dysfonctionnements, les non-dits mais aussi les souvenirs tendres et aimants, ne peut laisser insensible qui que ce soit.

Dès les premières lignes nous sommes touchés par la plume d’Isabelle Marnier. J’ai pleuré bon nombre de fois, tellement j’avais envie que cette famille soit heureuse et à l’abri du malheur. Pourtant, malgré tous ces drames, des moments de joie arrivent et semblent annoncer une accalmie.

Tout comme Isabelle, on espère, on profite des temps de calme car on le sait : le calme précède souvent la tempête.

Je n’ai pas vu les pages défiler. Une fois ouvert, il vous est impossible de reposer Je ne veux pas de ton foie avant d’en avoir lu la dernière ligne.

La lettre d’une mère à sa fille qui aurait aimé pouvoir la préserver du mal du monde (la drogue, l’alcool entre autres…). Un témoignage bouleversant, captivante, poignant.

Publicités

Une réflexion sur “Je ne veux pas de ton foie, Isabelle Marnier

  1. Pingback: Bilan lecture de l’été | Des plumes et des livres

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s