Rue du chat qui danse, Jean-Claude Renault

rue-du-chat-qui-danse-pfTitre original : Rue du chat qui danse

Auteur : Jean-Claude Renault

Editions : Alter Real

Paru le : 6 juillet 2018

Format lu : Numérique (9 pages)

4e de couverture :

À Saint-Malo, au bout de la rue du Chat qui danse, l’éclairage public se comporte étrangement, ce qui amuse beaucoup un couple d’amoureux. Didier, témoin de leur hilarité et assailli par les souvenirs, sait qu’il devrait les prévenir mais doute qu’ils le croient.

Quand la lumière vacille, voir le chat n’est peut-être pas une bonne chose.

Mon avis : 5 / 5

Et on continue la matinée spéciale Editions Alter Real. En général quand je commence à lire une nouvelle de ces éditions, je ne peux m’empêcher d’en lire plusieurs !

Dans Rue du chat qui danse, Jean-Claude Renault nous envoie à Saint-Malo, dans une rue au nom atypique : la rue du chat qui danse. Il y a un an, dans cette rue, la compagne de Didier a aperçu un chat (invisible aux yeux de l’homme) et depuis elle a disparu. Chaque jour depuis une année, Didier vient dans cette rue, espérant croiser celle qui faisait battre son coeur et lui laisse une rose qui disparaît au petit matin. Le jour anniversaire de sa disparition, un couple qui lui rappelle celui qu’il formait jadis, se promène dans cette rue, il essaie de les mettre en garde contre les mauvaises ondes de celle-ci, mais les amoureux ne semblent pas le voir, en revanche, la jeune femme aperçoit au bout de la rue un chat…

Dès les premières lignes Jean-Claude Renault nous propulse aux côtés de Didier, cet homme malheureux au coeur brisé. On revit les derniers instants avec sa compagne qui disparaît dans des circonstances étranges dans cette rue au nom surprenant. Tout de suite, l’auteur fait le parallèle entre l’histoire de Didier et celle des jeunes amoureux qui surgissent dans la rue. On se demande ce qui a bien pu arriver à Christèle, comment a-t-elle pu disparaître juste en se baissant pour caresser un chat invisible ?

Cette nouvelle fantastique a su me convaincre et même si le format nouvelle a toujours une tendance à me laisser sur ma faim, j’ai beaucoup aimé celle-ci. D’autant plus qu’avec la fin, on ne sait plus vraiment que croire !

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s