[Des plumes et moi] Entretien avec Florence Clerfeuille

  • Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

FC lightJ’ai 50 ans, un mari, deux grands enfants et un chat. Après avoir grandi dans le Berry, fait mes études à Orléans et à Rennes, j’ai vécu à Annecy, beaucoup voyagé, travaillé à l’étranger et me suis finalement installée dans le Tarn, où je vis aujourd’hui. J’ai eu une première vie professionnelle dans l’informatique, une deuxième dans l’humanitaire et la troisième est… dans l’écriture.

 

  • Que représente l’écriture pour vous ?

C’est mon mode d’expression naturel, mais aussi une nécessité vitale. Je ne peux pas passer une journée sans écrire, même s’il ne s’agit que de mon cahier personnel, de mails ou d’articles de blog.

C’est aussi le moyen de faire passer des messages, de créer des univers, de faire exister des personnages… et de donner à rêver !

Aujourd’hui, entre mes textes personnels, les biographies que je rédige pour les autres et la correction de manuscrits, toute mon activité tourne autour de l’écriture. C’est ce dont j’ai toujours rêvé. 🙂

  • Depuis quand écrivez-vous ?

Depuis que je sais tenir un stylo. 🙂 Adolescente, j’ai écrit beaucoup de poèmes, que je recopiais dans des cahiers que j’ai conservés jusqu’à aujourd’hui. Plus tard, comme j’ai beaucoup voyagé et vécu à l’étranger, j’ai écrit des récits de voyage ou de mission humanitaire. Et puis, il y a une demi-douzaine d’années, je me suis lancée de façon plus sérieuse dans la fiction.

  • Pouvez-vous nous parler de vos publications ?

En numérique exclusivement, j’ai publié deux histoires courtes de science-fiction : À l’abri et Les 15 derniers jours. Les autres existent dans les deux formats : numérique et papier. J’ai deux recueils de nouvelles à mon actif : Fragments de Sud (chaque histoire se passe dans un pays du Sud) et Circa mortem (Autour de la mort, en latin), une trilogie policière : Le chat du jeu de quilles (qui existe aussi au format audio depuis peu) et une saga familiale sur trois générations en trois tomes : Le Frisson de la liberté, Le Poids de la colère et Le Choc de la haine, dont l’intégrale vient de sortir sous le titre Le Chœur de la vie (ndlr : Sorti le 24 novembre 2017). J’y retrace le parcours des femmes de deux familles depuis les années soixante, leur histoire s’entremêlant aux bouleversements de leur époque : mai 68, l’arrivée du sida, le mariage pour tous… C’est une trilogie qui donne à réfléchir sur l’évolution des droits et de la place des femmes dans notre société… et qui incite à la vigilance. 🙂

  • Comment se déroule votre processus d’écriture ? Avez-vous un plan défini ou vous laissez-vous guider par votre plume au fil de l’histoire ?

Je n’ai jamais de plan à proprement parler : je fais partie de ces auteurs qui improvisent beaucoup. En général, j’ai un point de départ et des personnages. Parfois une trame, mais pas toujours ! La fin n’est même pas écrite à l’avance. Pour Le chat du jeu de quilles, le contenu du dernier tome a largement été influencé par les réactions des lecteurs aux tomes 1 et 2.

J’écris le soir, après le dîner, entre 21 h et minuit, en écoutant de la musique dans un casque pour m’isoler du reste de la maison. Au mois de novembre, c’est intensif puisque je participe au NaNoWriMo, mais le reste de l’année, ce n’est pas très régulier. Je dois encore travailler là-dessus. 😉

  • Quels sont vos projets d’écriture à venir ?

Le mois dernier, dans le cadre du NaNoWriMo justement, j’ai écrit le premier jet d’un texte qui sera le premier tome d’une nouvelle trilogie policière. En ce moment, il repose. Je le reprendrai en janvier, pour une publication au printemps.

Ensuite, eh bien, il y aura les tomes 2 et 3 à écrire. Objectifs de publication : fin 2018 et printemps 2019.

Les lecteurs y retrouveront (avec plaisir, je pense, puisqu’on me l’a souvent demandé) le couple de journalistes héros du Chat du jeu de quilles, mais dans un autre environnement.

  • Êtes-vous une petite ou grosse lectrice ? Quelle place tient la lecture dans votre vie ?

Plutôt une grosse ! J’ai toujours au moins deux livres en cours : un en numérique et un en papier. En moyenne, je lis cinq ou six livres par mois, un peu dans tous les genres.

Pendant longtemps, j’ai surtout vu la lecture comme un mode d’évasion. Un moyen de quitter le réel. C’est toujours le cas aujourd’hui : même au milieu d’une foule, je peux m’immerger dans un livre au point de ne plus entendre ce qui se dit autour de moi. Mais c’est aussi devenu un outil de travail, de formation. Et puis, je lis aussi beaucoup ce qu’écrivent les autres auteurs indépendants. Quand on connaît quelqu’un, on a envie de découvrir son univers ! En tout cas, c’est ce qui se passe pour moi.

  • Avez-vous un livre préféré ?

Si je devais n’emporter qu’un seul livre sur une île déserte, ce serait Le Petit Prince, de Saint-Exupéry. Parce qu’il y a des passages dont je ne me lasse pas et parce qu’il y a tellement de niveaux de lecture possibles que chacune est différente.

  • Quels sont vos auteurs préférés ?

Chez ceux qui sont publiés en maison d’édition depuis longtemps, ce sont Bernard Werber, Sylvain Tesson et Jean-Christophe Rufin. Chez les indés (enfin, hybrides désormais !) : Amélie Antoine, Solène Bakowski et Laure Manel.

C’est drôle : je remarque qu’il y a trois hommes dans un cas et trois femmes dans l’autre !

  • Quel livre ou auteur vous a donné le goût de la lecture ?

Je n’ai pas souvenir d’un livre ou d’un auteur en particulier. Par contre, je me rappelle qu’avant de savoir lire (ce qui n’a pas duré bien longtemps ^^), chaque soir avant de dormir je demandais à ma mère de me lire une histoire du Journal de Mickey. Et à six ans, j’étais capable de passer une journée entière à lire des Mickey Parade. Je dirais donc que c’est Mickey qui m’a donné le goût de la lecture J

  • Quel livre auriez-vous aimé écrire ?

Globalia, de Jean-Christophe Rufin. C’est un roman d’anticipation paru en 2003 qui m’a beaucoup marquée, que j’ai adoré et qui met en scène un futur malheureusement tout ce qu’il y a de plus crédible.

  • Un petit mot pour la fin ?

Merci pour cet entretien ! C’est toujours un plaisir de dialoguer, surtout sur un sujet comme l’écriture, alors amis lecteurs, si le cœur vous en dit, choisissez votre mode de contact : je vous répondrai à coup sûr. 🙂

Interview réalisée en novembre 2017.

Retrouvez Florence Clerfeuille sur les réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Instagram et Google + ainsi que sur son site internet.

Retrouvez les livres de Florence Clerfeuille sur Amazon et Kobo.

Publicités

Une réflexion sur “[Des plumes et moi] Entretien avec Florence Clerfeuille

  1. Pingback: Bilan lecture #13 | Des plumes et des livres

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s