[Des plumes et moi] Entretien avec Stéphanie Sylvain

  • Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

centereye_sit-smallAvec plaisir ! Je me nomme Stéphanie Sylvain, j’ai 27 ans et j’habite Montréal, au Québec. Comme beaucoup d’amoureux des mots, je porte plusieurs chapeaux avec lesquels j’alterne régulièrement pour gagner ma vie. Tantôt graphiste, tantôt blogeuse. J’ose rarement utiliser le titre d’auteure pour me désigner bien que mon roman  Les Gokans : la beauté à travers l’obscurité ait été publié à compte d’éditeur chez une maison d’édition animée par son intrigue teintée de magie et de philosophie orientale.

Ceux qui ont l’œil aiguisé ont remarqué le « e » que j’ai ajouté à « auteure ». C’est un geste que je ne peux éviter, car je suis à la fois Femme et Québécoise. La manière dont je m’identifie se reflète dans tous mes textes. Par mon accent coloré, mes expressions dites pittoresques et mes valeurs de fières Québécoises. Voilà ce qui fait de moi qui je suis.

  • Que représente l’écriture pour vous ?

L’écriture est pour moi la possibilité de mettre sur papier un tout nouvel univers. Il peut découler du monde réel ou se révéler complètement disjoncté. L’écriture est l’occasion de faire vivre des personnages en tout genre. Ceux-ci vont prendre paroles et exprimer une vision qui n’est pas nécessairement celle de l’auteur, mais celle qu’il veut souligner à ses lecteurs.

  • Depuis quand écrivez-vous ?

Très jeune, mes parents ont remarqué mon imagination fertile et ma grande capacité à inventer des histoires. C’est d’ailleurs moi qui prenais le relais à l’heure du conte lorsqu’il n’y avait plus de livres pour me faire la lecture.

À l’adolescence, j’ai eu accès à un ordinateur assez tardivement et mon excitation à faire comme tous les jeunes de mon âge me poussaient à l’utiliser souvent. Le problème : une connexion 56K et un horaire très strict. Me retrouvant devant un ordinateur hors connexion la plupart du temps, ne me restait plus que ce bon vieux logiciel de traitement de texte et mon imagination. Ça m’a incité à utiliser tout ce que j’avais de temps libre à écrire et écrire. Je n’ai jamais pu arrêter depuis. Et même si j’ai amélioré ma connexion Internet, je peux facilement m’en passer si c’est pour composer une nouvelle histoire.

  • Pouvez-vous nous parler de vos publications ?

J’ai la chance de publier mon premier roman Les Gokans : la beauté à travers l’obscurité chez Pratiko, une maison d’édition généraliste du Québec. Il s’agit d’un roman de genre fantastique. Son intrigue est influencée par l’Asie. On y raconte l’histoire de cinq êtres humains étrangers les uns aux autres, mais dont les destins sont liés.

Je vous laisse un petit avant-goût :

« Tetsuya Udo n’a jamais vu le soleil se lever à la cime des cerisiers. Pourtant, alors qu’il a grandi dans l’obscurité la plus totale, son chemin croise celui d’une jeune actrice, Fujiko Ine, qui ne lui est pas invisible. Une étrange magie semble émaner de son être et réveille chez lui des facultés insoupçonnées. »

gokans_couverture_small

  • Comment se déroule votre processus d’écriture ? Avez-vous un plan défini ou laissez-vous guider par votre plume au fil de l’histoire ?

C’est une question que tout le monde me pose. D’ailleurs, j’ai déjà rédigé un article à ce sujet sur mon blogue. En résumé, mon avis est que le plan n’est nécessaire qu’une fois la rédaction terminée.

Au début, alors que je commence à construire mon histoire, j’aime faire des fiches descriptives de chaque personnage (ex. : nom, âge, défauts, qualités, objectifs, phobies, etc..). Pour ce qui est de l’univers et de l’intrigue, tout ce passe dans ma tête. Pendant des semaines, voire des mois, je peux cogiter sur le style, l’originalité de la narration, les thèmes, ce que j’ai envie de communiquer. Tout passe par mon esprit. Et puis, quand les choses deviennent claires, je me mets à planifier les détails de l’introduction et son élément déclencheur.

Dès que ceux-ci sont définis sur les grandes lignes, je pars au clavier. Et une fois le chapitre 1 écrit, j’enchaîne avec ma planification mentale du chapitre 2. Je ne prévois jamais en détail plus de 2 chapitres à l’exception de ma finale qui est à peu près définie. C’est une sorte de destination que je me fixe à atteindre. Mais mes intrigues me poussent à faire mille et un détours pour y arriver. Je me surprends moi-même de voir la tournure des événements parfois. Ce n’est pas totalement moi qui contrôle la situation. C’est ce qui me pousse à continuer. Je suis moi-même mon propre lecteur et je me demande où chaque péripétie va mener.

  • Quels sont vos projets d’écriture à venir ?

Je suis présentement sur plusieurs projets simultanément. J’ignore où ceux-ci vont aller ; le même phénomène que lorsque j’écris. D’un côté, un roman de science-fiction coécrit avec une grande amie, de l’autre, un roman de genre fantastique se déroulant au XIe siècle. Et sans oublier, le blogue littéraire Filles de joual et ma toute nouvelle chaîne YouTube où je compte faire plusieurs podcasts linguistiques relatant l’origine d’expressions québécoises très connues.

  • Êtes-vous une petite ou grosse lectrice ? Quelle place tient la lecture dans votre vie ?

Cela va vous paraître étrange, mais je ne me considère pas comme une grande lectrice. En fait, j’ai commencé à lire pour le plaisir vers la fin de mon adolescence. Avec le temps, je me suis mis à lire sur une base plus fréquente bien que ce soit que sur une période très réduite. À dire vrai, c’est seulement dans les transports en commun que j’arrive à lire intensément. C’est d’ailleurs un problème, puisque j’oublie parfois de descendre du train, trop absorbée par ma lecture.

  • Avez-vous un livre préféré ?

Un livre que mes parents m’ont offert presque par hasard : Le Passeur de Lois Lowry. Il a su me démontrer tout le potentiel d’un univers porteur de messages. Une science-fiction d’un nouveau genre que j’ai découvert à l’adolescence. Sans extra-terrestre ni robot surdoué. Seulement un monde en apparence ordonné, mais qui cache une lourdeur inimaginable. J’adore !

  • Quels sont vos auteurs préférés ?

Ho lala ! Heureusement que cette question est au pluriel. Je dirais J.R.R. Tolkein, Lois Lowry, Hervé Gagnon et Amélie Nothomb pour en nommer quelques-uns. Isaac Asimov et Aldous Huxley pourraient aussi s’ajouter à la liste.

  • Quel livre ou auteur vous a donné le goût de la lecture ?

Ce sont des séries comme Le Seigneur des anneaux de J.R.R.Tolkien et Les Chevaliers d’émeraude d’Anne Robillard qui m’ont donné goût à la lecture. Le style d’Anne Robillard possède cette légèreté qui fait qu’on peut lire 10 tomes en 10 jours. Très motivant pour un lecteur peu pratiquant comme je l’étais à l’époque. Pour Tolkien, c’est son univers riche qui m’a poussé à persévérer dans ma lecture.

  • Quel livre auriez-vous aimé écrire ?

Il y en a vraiment plusieurs. S’il faut n’en nommer qu’un, je dirais Le Passeur. Dommage que l’adaptation au cinéma ne lui rende pas tout à fait justice.

  • Un petit mot pour la fin ?

Heu… As ! Non, je rigole. Un grand merci à Aurore de chez Des plumes et des livres pour m’avoir fait une place sur cette merveilleuse vitrine. Rester au courant de mes projets en passant par Facebook ou Twitter. Je vous dis à bientôt et essayer pour voir de laisser vos histoires mener la cadence. Vous allez en rester surpris.

Interview réalisée en août 2017.

gokans_couverture_c1

– Retrouvez toutes les informations sur le roman de Stéphanie Sylvain sur le site internet dédié.

 

 

lefteye_book_stand_small

– Retrouvez l’auteure Stéphanie Sylvain sur son blog Filles de joual, sa chaîne Youtube, Facebook ou Twitter.

Publicités

Une réflexion sur “[Des plumes et moi] Entretien avec Stéphanie Sylvain

  1. Pingback: Bilan lecture #13 | Des plumes et des livres

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s