Bilan lecture #12

Bonjour la compagnie !

Comment dire… Je ne sais pas ce qu’il s’est passé ce mois-ci… 17 livres de lus + 1 manga ! Bon, le début du mois c’était les vacances et j’ai eu une semaine d’arrêt mais quand même… 18 livres !!! Je viens de battre mon record personnel pour le nombre de livres lus en un mois. Evidemment, tous n’ont pas pu être chroniqué dans le mois mais les petits avis vont arriver petit à petit au cours de ce dernier mois de 2017.

Semaine du 30 octobre au 5 novembre

Je commence cette nouvelle semaine avec un thriller noir… très noir, tellement noir que j’ai changé de genre après sa lecture. Ce thriller particulier est  Le goût de la haine de Valéry Bonneau publié chez Numérik’Livres.

L’histoireÉric et Hélène s’épuisent à rembourser leurs dettes. Le couple est fatigué, au bout du rouleau. Éric, fou amoureux d’Hélène cherche des solutions. Il est prêt à se sacrifier pour son Hélène. Lui qui a toujours tout raté veut réussir, cette fois, le coup parfait. Un coup parfaitement raté qui va plonger le couple dans un enfer de vengeance. Mais comme l’a écrit Albert Camus, n’y a-t-il pas que la haine pour rendre les gens intelligents ? Ce thriller noir risque de mettre vos nerfs à rude épreuve…à très rude épreuve. Un lecteur averti en vaut bien deux !

Le goût de la haine

 

La chronique ICI.

 

 

Je « m’aère » l’esprit avec la nouvelle-surprise de Jean-Marc Dhainaut : Alan Lambin et le fantôme au crayon. Un plaisir de retrouver cet univers !

L’histoire : 6 ans avant La Maison bleu horizon, Alan Lambin était déjà confronté à l’impensable. Une enquête inédite explorant le monde du paranormal avec sensibilité et émotion…

Alan Lambin et le fantôme au crayon-visuel e-maill

 

La chronique ICI.

 

 

Puis, c’est une nouvelle surprise qui m’attend. Sam Carda m’envoie son dernier roman L’autre moi (encore un thriller, à croire que je suis un peu maso quand même !!!) en bêta lecture.

L’histoire : Nous avons tous en nous une part d’ombre.
On tente souvent de la dissimuler, mais quand elle fait surface, elle peut être dévastatrice.

Je m’appelle Sam Carda et je suis un écrivain célèbre. Mon dernier roman m’a propulsé en haut du podium.
Ma tête est placardée sur les murs de toutes les librairies. Mon œuvre a même été adaptée à la télévision.
Tout va bien.
Mais rien ne va en moi.

Je n’ai plus d’inspiration. Et ce n’est pas le pire. Je crois que je perds pied.
Je dois vous dire un secret… Le personnage principal de mon roman est vivant. Oui, je l’ai croisé en chair et en os. Il m’a parlé ! Il m’a menacé ! Il veut me faire payer toutes les souffrances que je lui ai infligées. Vous allez me prendre pour un fou et me dire que je n’arrive plus à distinguer la réalité de la fiction. Et vous aurez peut-être raison.

Pourtant, tout au fond de moi, je sens que je ne suis pas dément.
Et s’il s’agissait d’un complot ? Je vais tout faire pour le prouver…

L'autre moi

 

La chronique ICI.

 

 

Après L’autre moi, j’ai besoin d’une lecture plus légère, plus positive, plus reposante. J’ai donc terminé la semaine avec Un jour, j’ai changé de parfum de la charmante Lena Walker.

L’histoire : A 49 ans, la très ambitieuse Elisabeth de La Tour du Roc dirige d’une main de fer la communication de Smart Cosmetics. Manager intraitable et fashionista avertie, elle investit toute son énergie dans son travail. Le jour où elle est brutalement virée, c’est tout son monde qui s’écroule.

Dans le même temps, Daphné, son assistante et Amandine, la stagiaire, sont également licenciées. Choquées, déprimées, les trois femmes décident de partir ensemble. Et si elles allaient fêter leur chômage en Crète ?

Sous le soleil, Elisabeth réalise que toutes les années passées dans un tourbillon de paillettes et de glamour ne lui ont pas apporté le bonheur, le vrai. Et que, parfois, il suffit d’un peu d’amitié et de quelques catastrophes sur une île paradisiaque pour se rappeler que l’essentiel c’est de se laisser guider par les hasards de la vie…

couv renaud3

 

La chronique ICI.

 

 

Semaine du 6 au 12 novembre

Je commence cette nouvelle semaine avec une romance : Les trémolos de l’amour de Mokhtar Chaoui, publié aux Editions Numerik’livres.

L’histoire : Amine, la quarantaine, célibataire endurci, hédoniste, imbu de sa personne, poète à ses heures perdues, se sert du verbe pour séduire les femmes, les consommer avant de les jeter. Ilham, jeune femme émancipée, sûre de ses charmes, épicurienne jusqu’au libertinage, est obligée, dans une société schizophrène, de vivre dans le faux-semblant pour pouvoir jouir pleinement de ses amours. Dans un moment de solitude et d’ennui, ils se contactent pour s’offrir une passade sans lendemain. C’était mal connaître les malices du cœur. Ce qui aurait pu être l’affaire d’une nuit de sexe, devient une histoire d’amour sincère d’abord, perfide ensuite, vengeresse enfin. L’analyse des comportements et des relations homme femme est menée avec une acuité d’une finesse qui met à nu les corps et les âmes. Mokhtar Chaoui, d’une écriture enjôleuse qui s’attache à décrire les différents stades de l’amour et le grand chaos des sentiments, décortique la notion de couple en s’immisçant dans les profondeurs vicieuses de deux amoureux qui se livrent des batailles sexuelles et sentimentales sans trêve ; batailles qui se terminent d’une façon surprenante et inattendue.

Les trémolos de l'amour

 

La chronique ICI.

 

 

Malgré un début de semaine pas très livresque, je me plonge pour le weekend dans le polar de Bernard Greandjean par aux Editions du 38 : Le Talisman Tibétain.

L’histoire : Namdang est une paisible bourgade du Sikkim, au pied de l’Himalaya. Paisible, vraiment ?
Un vieux lama libétain se passionne pour la photo de Speedy Ping, célèbre acteur chinois. Pourquoi ?
Et quand, réfugié dans la maison que son ami Anil Roy, vedette de Bollywood, possède à Namdang, Speedy Ping échappe de peu à un assassinat, le mystère s’épaissit. Qui sont ses ennemis ? Que veulent-ils ?
Gopika, jeune et jolie enseignante, et son ami Doc Tenzin, médecin traditionnel tibétain, vont tenter de résoudre l’énigme. Entre mirages du cinéma indien et mystères du Tibet…

Le talisman tibétain

 

La chronique ICI.

 

 

Semaine du 13 au 19 novembre

Je commence la semaine avec un SP qui dort depuis quelques semaines dans ma liseuse : Friend zone de Mickaël Parisi. Un régal de retrouver ce bon vieux Grant (et Sylvain aussi d’ailleurs).

L’histoire : Thomas Grant est un détective privé, n’existant plus légalement aux yeux du monde, et offrant ses services sur le « Dark Web ». En plus d’être intolérant et misogyne, son addiction à l’alcool et aux armes à feu font de lui un être ingérable dans chaque situation impliquant un quelconque rapport social. Sa route va croiser celle d’Opaline, jeune fille Végan, dont le frère s’est retrouvé embrigadé dans une secte intitulée « Les trentenaires ». Persuadé de pouvoir sauver facilement le frère d’Opaline, Grant se lance dans une mission sauvetage sans plan et sans idée. Tout ne se passera évidemment pas comme prévu…

Que ce soit dans un bar en Thaïlande réservé aux fichés S, dans une boîte SM, dans un abattoir ou encore dans un village de chasseurs, « Friend Zone » spin-off de Néant du même auteur et OVNI de la rentrée littéraire 2017, vous mènera dans le grand n’importe quoi. A signaler également la présence du premier personnage végane de la littérature Française.

Friend zone

 

La chronique ICI.

 

 

Toujours bloquée à la maison à cause d’une otite et surtout d’une réaction médicamenteuse, je lis la nouvelle de Melody Gasnier qui traîne depuis trop longtemps dans ma liseuse : Le secret de la montagne.

L’histoire : Chi rentre chez elle, dans la montagne de son enfance. Mais son village n’est pas comme d’habitude, quelque chose de sombre se cache dans le massif. Elle va devoir écouter sa grand-mère et partir en quête d’une vieille légende chinoise, qui va changer à jamais sa vie.

Le secret de la montagne

 

La chronique ICI.

 

 

Le temps est long quand on ne peut pas faire grand chose d’autres que lire. Je diminue toujours ma PAL en me plongeant dans Les Calices du Temps : Episode 2 de S. N. Lemoing.

L’histoire : Maria, 26 ans, est une des meilleures recrues de la police de Los Angeles.
On ne peut pas dire qu’elle soit très féminine : elle excelle en sports de combat, déteste les robes et n’avoue jamais ses sentiments à un homme.

Un jour, tandis que son petit frère Juan, un ado geek, reçoit un mystérieux colis contenant des coupes de l’époque médiévale, ils se retrouvent propulsés au début du 16ème siècle.

Ils vont devoir se fondre dans le décor et trouver le moyen de rentrer chez eux.

Les Calices du Temps Ep 2

 

La chronique ICI.

 

 

J’enchaîne avec un livre qui m’a attendu trop longtemps (près d’un an !!), mais pour lequel ça a été un énorme plaisir de le lire sur trois jours : Strawberry fields de E. R. Link.

L’histoire : En Talégalle, pays de la Terre des Brumes, malgré la menace de conflit avec l’empire voisin, une partie de la population prospère grâce au commerce des soieries. Mais la pauvreté fait également rage : gangs de voyous dominent dans les grandes villes tandis qu’en campagne les orphelinats sont surpeuplés. Le destin d’Axelle, Quentin et Kimberley, trois orphelins du foyer de Saint-Jéthel sera intimement lié aux soubresauts de l’histoire taléganne. Strawberry Fields est une histoire d’amour aux accents steampunk.

strawberry-fields

 

La chronique ICI.

 

 

Puis je m’aère rapidement, le temps de m’imprégner de Dans les yeux, un album de la littérature de jeunesse de Philippe Jalbert, avant de le présenter la semaine suivante à mes petits zapprenants.

L’histoire : Le Petit Chaperon rouge. Le Loup.
A chacun sa vision, son aventure.

Dans tes yeux

 

Kiddy Book Spécial Masse Critique ICI.

 

 

Suite à ma.mes visite.s au Salon du livre de Creil, j’ai commencé dare-dare De fièvre et de sang de Sire Cédric.

L’histoire : Ils semblent se nourrir de sang. Leurs victimes sont retrouvées exsangues. Eva Svärta et le commandant Vauvert viennent enfin de mettre un terme aux agissements des frères Salaville. Mais les meurtres continuent, défiant toute logique.
Les talents d’Eva, policière albinos dotée d’un instinct hors normes, vont la conduire aux frontières de la rationalité. Là où, à tout instant, votre propre reflet dans le miroir pourrait vous engloutir, où la part d’ombre d’Eva causera sa perte ou lui sauvera la vie…

de fièvre et de sang

 

La chronique A VENIR (08 / 12).

 

 

Semaine du 20 au 26 novembre

Pour digérer le choc littéraire de mon initiation à l’univers de Sire Cédric, je replonge dans mon adolescence avec le manga Card Captor Sakura : Clear Card Arc Vol. 1 de Clamp.

card_captor_sakura_-_clear_card_arc_5909Résumé : C’est le mois d’avril, les cerisiers sont en fleur et Sakura entame son année de cinquième. Tout semble se passer pour le mieux : Shaolan est de retour comme promis et fréquente le même collège ! Mais une nuit, elle fait un rêve étrange… À son réveil, toutes ses cartes sont devenues transparentes et inutilisables ! Guidée par une clef apparue en rêve, Sakura est sur le point de débuter une nouvelle aventure !

Je reprends ma fidèle liseuse pour me plonger dans Hérodias et le guerrier au linceul – Epopées avaloniennes Tome 1 de Sara Greem.

L’histoire : Voici l’histoire de la prêtresse-ovate Hérodias qui constitue une légende parmi les maints contes celtes écrits, imaginés ou juste inspirés des mystères d’Avalon. La mythologie celtique se mêle au récit d’une épopée qui modifia le cours de l’histoire.
Hérodias d’Athènes vit sur l’île d’Avalon, l’île sacrée protégée par ses brumes depuis bien avant la mort du roi Arthur, et gérée par le Conseil des Anciennes composé des Grandes Prêtresses Viviane, Morgane et Dana.
Mais depuis quelque temps, il semble que les brumes se désagrègent peu à peu, rendant l’île d’Avalon dangereusement visible à ses ennemis. Hérodias, qui a reçu l’appel de la grande Déesse et du dieu cornu, Cernunnos, afin qu’elle accomplisse sa destinée à travers la nuit rituelle de Beltane et devienne à son tour Grande Prêtresse, a des visions récurrentes d’horreur et de mort. Une guerre se prépare. Les chrétiens, désireux d’éradiquer tout type de religion païenne, usent de trahisons et de magie occulte à l’encontre des derniers adorateurs des dieux multiples.
Hérodias devra renforcer sa magie et ses pouvoirs pour la sauvegarde d’Avalon. Mais quel est le rôle exact que le destin lui réserve ? Et qui est le mystérieux guerrier au linceul que les dieux ont placé sur sa route ?

cover-1006

 

La chronique ICI.

 

 

Je continue sur ma lancée en diminuant ma pile des SP en lisant La fortune de François Thomasson de Stéphane Boudy.

L’histoire : Beaucoup de gens cherchent à être aimés. Vedettes de télévision, artistes, journalistes, politiciens… même à 80 ans ils recherchent encore un contact avec le public et ne souhaitent pas disparaître.
Ils y perdent beaucoup de temps et d’argent et leur vie toute entière, tout aussi bien.
Ping et Thomasson étaient des enfants, eux, qui à la naissance avaient déjà disparu.
Ils détestaient se montrer ou avoir à parler en public. Ils vivaient à Malakoff ou rue d’Avron, le porte-monnaie débordant mais cachés.
Seul le fisc les connaissait, et encore, pas par leur nom. Avec le temps tout avait été transformé en société. China investment pour Monsieur Ping et Pierres de Bretagne pour François Thomasson.
Le capitalisme est illimité comme la liberté.
Il ne dépend que des forces et des capacités de chacun.

La fortune de François Thomasson

 

La chronique A VENIR (12 / 12).

 

 

La semaine n’est toujours pas finie et mon envie de lire n’est pas entachée. Je me plonge alors dans le recueil de nouvelles fraîchement acquis de Pierre Luneval : SORBET au piment rouge.

Résumé : Une séance de dédicace qui vire au cauchemar, un tueur à gages souffreteux mais rancunier, un fantôme qui s’ignore, un homme qui faire commerce de ses rêves, une apparition céleste nimbée d’érotisme, un maître d’école pervers qui emmène sa classe assister à un singulier spectacle de magie ou encore un Américain imbibé de mauvais whisky mais de bon jazz…
Les personnages de Pierre Luneval se croisent au hasard d’histoire drôles, étranges ou surréalistes dont ils ne sortent, à l’instar du lecteur, pas toujours indemnes.
Seize nouvelles à déguster… comme un sorbet au piment rouge.

Sorbet au piment rouge

 

La chronique A VENIR (16 / 12).

 

 

Semaine du 27 novembre au 3 décembre

Je commence cette semaine avec une romance érotique : Jeux d’attentions de Angel.B qui sortira le 18 décembre prochain.

L’histoire : Damien Raines a joué avec moi et il m’a perdue… Nous nous sommes fréquentés durant le lycée comme nos parents respectifs le souhaitaient. J’étais persuadée à cette époque qu’il était mon preux chevalier et moi sa belle princesse. Notre relation me faisait songer à celle d’un conte de fées… Nous nous aimions, du moins c’est ce que je pensais jusqu’à ce qu’il intègre le quatuor. Il y a pris le pseudonyme de D’Artagnan. En fait, de sentiments il n’y en avait peu. Il obéissait simplement aux lois que notre milieu aisé exige de nous. J’ai été trahie et meurtrie profondément. Damien m’a fait souffrir et l’enfer s’est ouvert sous mes pieds. Aujourd’hui, nous sommes devenus des étudiants. Mais rien n’a vraiment changé, puisque nos parents nous ordonnent de reprendre une relation qui liera nos familles de la plus intime des façons. Pourtant, cette fois-ci le mousquetaire pourra bien essayer de me séduire de toutes les manières possibles, il n’arrivera pas à me faire retomber dans le piège de l’amour. Hors de question. Je ne crois plus ses mensonges.

Jeux d'attentions

 

La chronique A VENIR (18 / 12).

 

 

C’est également cette semaine-ci que j’ai achevé ma troisième bêta-lecture pour Melody Gasnier avec La liseuse qui sortira le 14 décembre prochain.

L’histoire :  May pensait qu’elle était une fille ordinaire, banale. En fait, c’était ce qu’elle désirait, se fondre dans la masse des nouveaux élèves du lycée Saint-Antoine, en ce jour de rentrée scolaire. Seulement, ce n’est pas parce qu’on veut quelque chose qu’on l’obtient. Depuis quelque temps, May fait de terribles cauchemars, où elle voit un homme mourir dans d’atroces souffrances. Cet homme, elle ne le connaît pas, mais elle est persuadée d’être liée à lui. Et comme si cela ne suffisait pas, le lycée n’est pas aussi ordinaire qu’elle le pensait. Des choses inexplicables y ont lieu, et ses nouveaux amis n’ont pas l’air d’y être étrangers. Alors, que cache véritablement cet établissement et surtout quelle est cette guerre dans laquelle May va être entraînée sans le vouloir ?

23621279_319271498549507_5962500936229611563_n

 

La chronique A VENIR (15 / 12)

 

 

Egalement publiés ce mois-ci…

Publicités

Une réflexion sur “Bilan lecture #12

  1. Pingback: Bilan lecture #13 | Des plumes et des livres

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s