Strawberry fields, E. R. Link

strawberry-fieldsTitre original : Strawberry fields

Auteur(e) : E. R. Link

Editions : Autoédité

Paru le : 27 juillet 2015

Format lu : Broché (560 pages)

4e de couverture :

En Talégalle, pays de la Terre des Brumes, malgré la menace de conflit avec l’empire voisin, une partie de la population prospère grâce au commerce des soieries. Mais la pauvreté fait également rage : gangs de voyous dominent dans les grandes villes tandis qu’en campagne les orphelinats sont surpeuplés. Le destin d’Axelle, Quentin et Kimberley, trois orphelins du foyer de Saint-Jéthel sera intimement lié aux soubresauts de l’histoire taléganne. Strawberry Fields est une histoire d’amour aux accents steampunk.

Mon avis : 5 / 5

J’ai profité d’être cloîtrée chez moi pour prendre mon ticket pour mon troisième et dernier voyage en Terre des Brumes. Le moins que l’on puisse dire est que comme à son habitude, le roman de E. R. Link ne m’a pas déçue !

Strawberry fields est l’histoire d’Axelle et de Quentin que la pauvreté va faire rencontrer dans le foyer de Saint-Jéthel. Très vite les deux enfants vont développer une relation amicale, qui au fil du temps va se renforcer et se muer en un sentiment plus fort : l’amour. Seulement, la vie et le destin ne se commandent pas. Quand Axelle quitte le foyer, Quentin s’enfuit en se jurant de la retrouver, où qu’elle soit.

E. R. Link présente Strawberry fields comme une romance. Seulement, on est loin de la simple romance où souvent c’est « Je t’aime moi non plus. » et à la fin tout est bien qui finit bien. Ici, les deux personnages reconnaissent leurs sentiments (même s’ils traînent toujours) mais la vie va mettre des embûches et ils vont passer tout d’abord plusieurs années à se chercher, à espérer. Quand on les trouve enfin réunis, un événement ou une personne va provoquer une nouvelle rupture.

A travers cette romance palpitante, de nombreux thèmes sont abordés : la pauvreté avec l’émergence et le pouvoir des gangs, la vie des gangs, la guerre, l’après-guerre, les foyers d’enfants abandonnés, la religion, l’amour (évidemment !), les classes sociales. Bref, l’éventail est large ! Et pourtant l’auteure est comme à son habitude d’une précision redoutable.

Ses descriptions permettent au lecteur de visualiser aisément le monde où se situe l’action. Son écriture amène également une réflexion sur les différents thèmes cités ci-dessus.

J’ai passé un excellent moment de lecture en compagnie de Quentin et Axelle (pour ce qui est de Kimberley, j’ai aimé la détester).

Et évidemment, comme je ne lis jamais rien dans l’ordre, ayant lu Un air de liberté en premier, le fait de retrouver Bryce des Jardins aux Oiseaux m’a beaucoup plu. Connaissant son futur, ses remarques d’enfant m’ont beaucoup amusée.

Strawberry fields fait partie des pépites de l’autoédition à lire absolument.

Publicités

2 réflexions sur “Strawberry fields, E. R. Link

  1. Pingback: Bilan lecture #12 | Des plumes et des livres

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s