Friend zone, Mickaël Parisi

Friend zoneTitre original : Friend zone

Auteur(e) : Mickaël Parisi

Editions : Autoédité

Paru le : 10 septembre 2017

Format lu : Numérique (173 pages)

4e de couverture :

Thomas Grant est un détective privé, n’existant plus légalement aux yeux du monde, et offrant ses services sur le « Dark Web ». En plus d’être intolérant et misogyne, son addiction à l’alcool et aux armes à feu font de lui un être ingérable dans chaque situation impliquant un quelconque rapport social. Sa route va croiser celle d’Opaline, jeune fille Végan, dont le frère s’est retrouvé embrigadé dans une secte intitulée « Les trentenaires ». Persuadé de pouvoir sauver facilement le frère d’Opaline, Grant se lance dans une mission sauvetage sans plan et sans idée. Tout ne se passera évidemment pas comme prévu…

Que ce soit dans un bar en Thaïlande réservé aux fichés S, dans une boîte SM, dans un abattoir ou encore dans un village de chasseurs, « Friend Zone » spin-off de Néant du même auteur et OVNI de la rentrée littéraire 2017, vous mènera dans le grand n’importe quoi. A signaler également la présence du premier personnage végane de la littérature Française.

Mon avis : 5 / 5

Un grand merci à Mickaël Parisi pour l’envoi de son livre, Friend zone.

Dans ce livre, nous retrouvons le personnage de Thomas Grant, déjà rencontré dans le premier livre de Mickaël Parisi, Néant. Il est contacté sur le Dark Web par Opaline, jeune femme végan, qui souhaite retrouver son frère, enrôlé dans une secte aux dessins mystérieux. Comme à son habitude, l’enquête de Grant ne se déroule pas de manière classique et va le mener dans des situations les plus périlleuses, toujours avec ses fidèles compagnons : alcools forts et armes.

Comme pour Néant, Friend zone est totalement inclassable. Il dépeint la société actuelle et traite de nombreux sujets d’actualité. Toujours avec le regard acéré de Grant. Mickaël Parisi traite ces sujets avec intelligence et originalité, poussant le lecteur à se questionner sur ces derniers et le monde dans lequel il vit.

Dans Friend zone, le lecteur est confronté autant à des scènes violentes, voire gores qu’à des scènes loufoques, burlesques.

Le personnage d’Opaline est également une belle trouvaille. Au premier abord, elle semble être une jeune femme sans réelle personnalité, sans souci. Une personne classique, ennuyeuse au plus haut point pour notre Thomas Grant national. Puis au fil des chapitres, elle se métamorphose pour devenir le parfait allié du détective timbré.

La plume de l’auteur, Mickaël Parisi est toujours aussi originale et percutante que dans Néant, même si je note une évolution. L’écriture est plus fluide, on enchaîne plus facilement les chapitres que dans le premier livre. Pour comparer, j’avais lu Néant sur près d’une semaine, alors que pour Friend zone, moins d’une journée a suffi.

C’est sans surprise que je classe Friend zone dans mes coups de coeur. J’attendais depuis un moment ce second roman avec Grant. Et maintenant il me manque déjà… A quand une nouvelle aventure du détective ?

Publicités

4 réflexions sur “Friend zone, Mickaël Parisi

  1. Pingback: Mode Avion, Mickaël Parisi | Des plumes et des livres

  2. Pingback: Bilan lecture #12 | Des plumes et des livres

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s