Premières lignes #9

Bonjour tout le monde !

Qu’est-ce que j’aime le vendredi. Déjà parce que c’est le dernier jour de travail de la semaine donc annonciateur du week-end à venir, mais aussi parce que je ne travaille que le matin ! Comme pour ce week-end, il est annoncé un temps estival (à la mi-octobre c’est très logique et normal…), je vous propose de découvrir les Premières lignes de L’été du cyclone de Beatriz Williams que j’avais lu l’été dernier et adoré.

Bon courage à ceux qui travaillent et bon week-end aux autres !!! 🙂

1

ROUTE 5, À UNE QUINZAINE DE KILOMETRES
AU SUD DE HANOVER, NEW HAMPSHIRE
Octobre 1931

Cent quatre-vingts kilomètres de route tortueuse s’étendent entre les frilles de l’université de Smith Clooge et le stade de football de Datmouth, et Budgie conduit comme elle fait tout le reste : à toute vitesse/
Les feuilles scintillent dans des tons dorés, orangés et rouges, elles se détachent du ciel bleu où le soleil brille sans un nuage, créant une impression de chaleur trompeuse. Budgie a décrété que nous devions prendre la décapotable et conduire cheveux au vent, mais je grelotte. Enroulée dans mon gilet de laine, je m’aggripe à mon chapeau.
Elle rit d’un air moqueur.
– Tu devrais ôter ton chapeau, ma belle. Tu me fais penser à ma mère. Elle croit que ce serait la fin du monde si quelqu’un voyait ses cheveux.
Elle doit crier pour que je l’entende, avec tout ce vent.

L'été du cyclone

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s