Une robe couleur de vent, Sophie Nicholls

Une robe couleur de ventTitre original : The Dress

Auteur(e) : Sophie Nicholls

Traducteur(trice) : Michelle Charrier

Editions : Préludes

Paru le : 4 octobre 2017

Format lu : Numérique (275 pages)

4e de couverture :

Fabia Moreno vient de s’installer avec sa fille, Ella, dans la petite ville de York, où elle a ouvert un magasin de vêtements vintage. Une boutique de rêve, comme les femmes de York n’en ont encore jamais vu. Car Fabia possède un don pour dénicher la robe idéale et l’ajuster à chaque cliente. Autour de son commerce, bientôt, les destins se croisent, les identités se révèlent et les amours s’épanouissent… mais naissent aussi la méfi ance et la jalousie.
L’exubérance de Fabia dérange, et la jeune Ella, à la peau cuivrée, est une adolescente bien mystérieuse.
Parviendront-elles à s’intégrer dans la communauté ?
Quel sombre secret cache Fabia derrière ses tenues flamboyantes et son accent chantant ? Sa fille elle-même sait-elle tout de l’histoire familiale ?

Dans la lignée du roman  Chocolat  de Joanne Harris, adapté au cinéma avec Juliette Binoche et Johnny Depp,  Une robe couleur de vent  est un véritable bonheur de lecture, ode à la tolérance et hymne à la vie.

Mon avis : 3 / 5

Comme à chaque fois, après un énorme coup de coeur, j’ai besoin de changer radicalement de genre pour pouvoir continuer de lire. Après Tombent les anges, je me suis donc plongée dans Une robe couleur de vent de Sophie Nicholls obtenu via NetGalley.

Dans ce livre, nous avons Isabella (Ella), jeune fille de 15 ans, et Fabia Moreno, sa mère un tantinet originale qui arrivent à York, une petite ville située au nord de l’Angleterre. Après avoir déménagé pas mal de fois, Fabia a trouvé un petit commerce pour y ouvrir sa boutique de couture, d’accessoires et de vêtements d’occasion.

Au début on ne sait que peu de choses sur ces deux personnages. On ne sait pas pourquoi elles arrivent dans cette petite ville mais très vite, l’écriture de l’auteure nous suggère qu’il y a là d’obscures raisons et que les blessures sont bien enfouies. Par ailleurs, Ella va chercher les raisons du silence de sa mère.

Ce roman n’est pas un roman d’action. Il est question de femmes chahutées par la vie. Les personnages dépeints par Sophie Nicholls sont hauts en couleurs (Fabia Moreno représente parfaitement la « Mama italienne »). Une robe couleur de vent alterne majestueusement les moments de légèreté et d’insouciance avec des sujets plus sérieux (les difficultés d’être mère célibataire, de grandir sans père, le poids du passé, les préjugés face à une xénophobie difficilement acceptable…).

Sophie Nicholls a une écriture très descriptive, imagée. Cela m’a donné l’impression de quelques longueurs au cours du roman, à un rythme inégal dans l’histoire. La fin de l’histoire justement, arrive de manière très précipitée, très abrupte. On s’attend à une révélation d’envergure alors que les secrets de Fabia sont assez terre-à-terre. Finalement le dénouement est assez simple et prévisible et peut décevoir (ce qui a été mon cas).

Publicités

2 réflexions sur “Une robe couleur de vent, Sophie Nicholls

  1. Pingback: Bilan lecture #10 | Des plumes et des livres

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s