Les survivants, Ingar Johnsrud

Les survivantsTitre original : Kalypso

Auteur(e) : Ingar Johnsrud

Traducteur(s) : Hélène Hervieu

Editions : Robert Laffon / La Bête Noire

Paru le : 8 juin 2017

Format lu : Numérique (519 pages)

4e de couverture :

N° 1 des ventes en Norvège, Ingar Johnsrud est la nouvelle voix incontournable du polar scandinave. 

Le commissaire Fredrik Beier et son ancienne collègue, Kafa Iqbal, en froid depuis l’affaire Solro, doivent enquêter sur le meurtre d’un homme censé avoir disparu des années plus tôt. Sur le lieu du crime, Kafa retrouve une photo abîmée au dos de laquelle est inscrit, en russe, « Калипсо » : Kalypso. Au même moment, dans les égouts de la ville d’Oslo, des rats se délectent d’un autre cadavre.

Une tragédie lie les deux victimes, mais pour la comprendre, il faut remonter jusqu’à une opération secrète aux conséquences désastreuses, datant de l’Union soviétique…

Mon avis : 2 / 5

En lisant le résumé sur NetGalley de Les survivants, je m’attendais à un roman policier des plus palpitants où il y aurait du suspens, des rebondissements, des personnages captivants.

Sur ce dernier point j’ai été très déçue ! Je trouve l’intrigue longue à se mettre en place, je me suis beaucoup ennuyée dans les premiers chapitres. Honnêtement je me suis forcée à le finir car c’était un service presse pour NetGalley. Si cela avait été un achat personnel, j’aurais abandonné le livre…

Dans Les survivants, nous avons une alternance des époques. Autant les passages à la période de la guerre froide m’ont semblé intéressants car je connais peu cette période de l’histoire, autant l’alternance en elle-même m’a plus embrouillée qu’autre chose.

Le personnage principal, Fredrick Beier, est agaçant au plus haut point. L’inspecteur de police traverse une crise existentielle grave mais refuse toute aide. Soit, c’est son choix (ou plutôt celui de l’auteur). Mais nous bassiner à chaque chapitre de son mal-être et de ses états d’âme, m’a encore plus rendu cette lecture comme une corvée !

En revanche, le personnage de Kafa Iqbal relève le niveau. Je l’ai trouvé mystérieuse et elle a titillé mon intérêt.

L’intrigue en elle-même est plutôt pas mal, le suspens est au rendez-vous et la fin finale a du sens.

Dommage que je n’ai pas adhéré du tout au récit lent et au personnage en mal-être…

Publicités

Une réflexion sur “Les survivants, Ingar Johnsrud

  1. Pingback: C’est lundi, que lisez-vous ? #31 | Des plumes et des livres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s