En roue libre, Lisa Owens

masse-critique

Livre lu dans le cadre d’une Masse Critique Privilégiée

En roue libreTitre original : Not working

Auteur(e) : Lisa Owens

Traducteur(s) : Guillaume-Jean Milan

Editions : Belfond

Paru le : 20 avril 2017

Format lu : Broché (288 pages)

4e de couverture :

A mi-chemin entre Bridget Jones et Pénélope Bagieu, un roman drôle et tendre pour décrire le chemin de croix d’une Londonienne quasi trentenaire bien décidée à « trouver sa voie ». Une réjouissante bouffée d’air frais.

A presque trente ans, Claire a décidé de donner enfin du sens à sa vie. Etape 1 : démissionner de son poste dans la « communication créative ». Etape 2 : mettre ce temps libre à profit pour se sculpter un corps de déesse, courir les expos, raviver la flamme avec Luke, son amoureux de longue date. Etape 3 : PRO-FI-TER.

Sic mois plus tard, le bilan est cata : Claire erre chez elle en pyjama, se vautre dans l’autodépréciation  et l’alcool, fouille les réseaux sociaux à la recherche d’indices sur l’infidélité supposée de Luke, commet une gaffe irréparable avec sa mère. Même ses amis les plus solidaires commencent à laisser filtrer un début de ras-le-bol devant son comportement d’ado paresseuse. Claire le sent : la situation lui échappe.

Freud le disait : « L’amour et le travail… Le travail et l’amour, c’est tout ce qui existe. » Mais quand les deux se font la malle, que faire pour reprendre pied ? A quel saint se vouer pour trouver le secret d’une vie réussie ?

Mon avis : 2,5 / 5

En roue libre relate l’histoire de Claire Flannery, une trentenaire qui vit à Londres avec son petit ami Luke, neurochirurgien en formation. Claire démissionne de son travail car elle ne se sent pas épanouie à ce poste. Elle se retrouve au chômage avec donc, du temps, beaucoup de temps, pour « trouver sa voie ». Le problème ? Elle n’a pas trouvé sa vocation et se lance un peu dans tout et n’importe quoi dans sa recherche d’emploi.

A la lecture du résumé de ce livre, j’ai été très tentée et enthousiasmée.

Cependant, En roue libre ne m’a pas convaincue et pas emballée autant que je ne l’aurais pensé. Tout d’abord, le personnage de Claire m’a énormément agacée. Elle ne sait pas quoi faire de sa vie, a des réactions plutôt puérile, est de mauvaise foi, boit beaucoup trop et se remet peu en question… Son comportement m’a souvent exaspérée que ce soit avec son petit ami Luke (qui franchement mérite une récompense pour toute sa patience avec Claire !), ses amis ou sa famille. De plus, la quatrième de couverture, compare Claire à Bridget Jones. Autant je ne cache plus mon engouement pour la plus célèbre de célibataire, Claire ne lui arrive pas à la cheville. Ou alors « Bridget Jones » est devenue une expression, à l’instar d’un « Tanguy », pour désigner toute célibataire trentenaire…

Ensuite, l’histoire ne m’a pas transportée. Jusqu’à la dernière page, j’ai attendu que Claire change sa vie, « trouve sa voie » (qu’est-ce qu’on peut la lire cette expression !)… et finalement rien ! L’épilogue annonce pourtant un éventuel happy end à cette histoire mais il est beaucoup trop court pour avoir une réelle utilité…

Pourtant, il y a quand même des points positifs à En roue libre. L’idée d’écrire le roman sous forme de petits épisodes du quotidien est très intéressante. Au lieu d’avoir des chapitres et un récit d’une même situation pendant vingt pages, nous avons de petites situations ou pensées, cela va de quelques lignes à quelques pages. Cela combiné à l’écriture simple et fluide de l’auteure, le roman se lit avec facilité.

Le côté trentenaire en crise existentielle est vu et revu, le personnage de Claire n’apporte pas grand chose de nouveau à cette catégorie. Ce qui est dommage…

Publicités

5 réflexions sur “En roue libre, Lisa Owens

  1. Pingback: Bilan lecture #7 | Des plumes et des livres

    • Le résumé m’avait vraiment plu et la chick-lit en général ça se lit facilement. Mais à la fin du livre, tu te demandes ce qui a changé pour Claire, et finalement elle n’a pas évolué. C’est une succession de moments du quotidien, de réflexions et j’ai l’impression qu’il manquait un but, une finalité. D’où la déception.

      Aimé par 1 personne

      • oui je comprends, c’est dommage! J’aime bien aussi ce type de roman, ça détend et fait du bien et je suis très attirée par ce que tu dis de l’organisation du livre: petites pensées, moments… je l’ai vu en librairie et me suis posé la question, je me la pose encore plus du coup 😉

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s