Le vieux qui voulait tuer le président, Céline Barré

Le vieux qui voulait tuer le présidentTitre original : Les Farfelus Tome 3 – Le vieux qui voulait tuer le président

Auteur(e) : Céline Barré

Editions : Les Editions de la Commune

Paru le : 1er mars 2017

Format lu : Numérique (225 pages)

4e de couverture :

Théodore de La Morne, 71 ans décide de se rendre à Marseille afin d’y tuer le président français, Francis Ollanzi; personnage outrancier et égoïste, qui vient d’être réélu. Il souhaite commettre son crime lors de l’inauguration du musée du Coquillage.
Il doit trouver un chauffeur ainsi qu’un tueur pour l’aider dans cette entreprise saugrenue. Son hygiène de vie, en rupture avec le bon sens, ne va-t-elle pas constituer un frein à cette ambition qui vire à l’obsession ?

Théodore porte en lui un lourd secret qui va changer la donne.
Suivez Théodore du Cotentin jusqu’au sud de la France dans des aventures loufoques et tendres au dénouement inattendu.

Un vrai roman feelgood qui porte des valeurs d’amour, d’amitié et de solidarité sur un fond loufoque. Un ouvrage vecteur d’espoir : quand tout semble désespéré, la vie peut encore nous réserver de bonnes surprises.

Mon avis : 5 / 5

Merci infiniment à Céline Barré qui m’a proposé de lire et de chroniquer son dernier-né de la série des Farfelus, à ma lecture de Péril au fournil !

Comme à chaque lecture de l’un de ses livres, nous entrons dans un monde improbable, où le ridicule ne tue pas (sinon il n’y aurait plus personne !).

Dans ce troisième tome des Farfelus nous retrouvons avec plaisir Théodore de la Morne, notre septuagénaire aristo préféré, Gérard Bourdon, le marchand bourru et bougon et Killian, le petit jeune de la bande qui est moins stupide qu’il n’y paraît.

Un lecteur habitué à la série de Céline Barré retrouveront avec joie la citation de personnages déjà présents dans les autres romans.

Pour le lecteur novice à cet univers, il faut être averti : dans ce roman l’humour arrive à la limite de l’absurde, les personnages vivent des situations improbables. Les dialogues sont drôles à souhaits (en particulier dans le début du roman entre Théodore et Killian, j’ai adoré le décalage de langage entre ces deux générations !).

Le vieux qui voulait tuer le président est un condensé de blagues, gags et autres déconvenues qui vous fera au pire sourire, au mieux vous provoquera le fou rire au fil des pages.

Derrière cette comédie burlesque, l’auteure n’en néglige pas le choix des thèmes (sérieux) traités dans son livre : l’amitié, la vieillesse, la maladie ou plus généralement la vie.

Ce que j’ai toujours apprécié dans les livres de Céline, ce sont les personnages totalement loufoques qui font écho à des personnes que l’on peut connaître… Mention à Gilles le jardiner, l’ancien écrivain reconverti en jardinier à l’Elysée.

Mais comme nous le rappelle l’auteure : « Toute ressemblance avec des personnes réelles, connues ou pas, vivantes ou disparues est purement fortuites […]« .

Dans tous les cas, je ne peux que vous recommandez la lecture de Le vieux qui voulait tuer le président et même des deux autres livres des Farfelus. Une bonne bouffée d’air frais et un décrispage des zygomatiques en perspective !

Publicités

2 réflexions sur “Le vieux qui voulait tuer le président, Céline Barré

  1. Pingback: [Des plumes et moi] Entretien avec Céline Barré | Des plumes et des livres

  2. Pingback: Bilan lecture #7 | Des plumes et des livres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s