Salon du livre, Paris

L’année dernière, j’ai regretté de ne pas être allée au salon du livre à Paris. Je venais de me faire opérer et n’étais donc pas dans la meilleure des formes. Et puis, à ce moment-là, aller à Paris, toute seule, relevait plutôt de l’utopie (j’ai peur des grandes villes…).

Bref, comme je me suis prouvée à l’automne dernier que j’étais capable de me débrouiller toute seule dans la capitale, je n’ai pas voulu manquer l’événement. En plus, j’avais une excellente raison : j’ai été sélectionnée via Babelio pour une rencontre « Premiers chapitres » avec l’auteur italien Marco Peano. Aucune excuse pour ne pas y aller.

Forcément, une visite d’une journée (environ) ressemble à une expédition : détails des horaires de bus, de train, vérification des lignes de métro à prendre, planning pour les dédicaces de livres. Rien n’est laissé au hasard pour cette journée. J’ai même fait halluciner une auteure lorsqu’elle a aperçu furtivement mon planning…

Je passe les détails du trajet même si le métro m’a offert quelques péripéties avec un quai de fermé (comme par hasard c’est là que je devais changer de ligne) et donc une nouvelle perte de temps.

Je savais qu’y aller un samedi, ça allait être la bousculade. Mais je ne m’attendais pas à 45 minutes de file d’attente avant d’entrer dans le temple des livres !

Après, ce contre-temps, je laisse d’office tomber la dédicace de Jojo Moyes (dont je voyais déjà la file être beaucoup trop longue pour pouvoir être à l’heure à la rencontre avec Marco Peano.

Je me dirige alors vers le stand de France Loisirs où je vais pouvoir rencontrer Sophie Jomain. Nouveau contre-temps (ce n’est vraiment pas mon jour !) avec un souci de file. Bien qu’étant arrivée dans les premiers, les organisateurs ont changé le sens de la file au début de la dédicace. De ce fait, pour faire moins de 10 mètres, il nous aura fallu une bonne heure ! Au moins les lecteurs sont sympathiques, nous avons bien discuté et ri ; il y a vraiment une bonne ambiance !

J’arrive enfin devant la charmante Sophie Jomain et je ne pourrai lui reprocher quoi que ce soit, elle est adorable ! Elle accepte même de prendre des photos avec ses lecteurs. Sur ma photo, Maxime Gillio s’est invité (il était tellement élégant dans son costume, qu’il fallait bien un souvenir 🙂 ).

Avec tout ce temps de perdu, j’arrive pile à l’heure aux Ateliers de Livre Paris et là c’est Marco Peano et son interprète qui sont en retard. Je détaillerai cette rencontre dans un prochain article puisque beaucoup de choses ont été dites et cela permettra de parler un peu plus en détail du livre de cet auteur : L’invention de la mère.

20170325_122930

Si on suit mon planning, je dois me diriger vers le stand de Flammarion pour y rencontrer mon idole en tant qu’enseignante : Monsieur le Prof. Bon, je suis vraiment dingue dans le sens où la dédicace se tenait de 12h30 à 13h30 et qu’il est 13h15 lorsque j’arrive au stand… bondé ! Je n’ai pas réussi à prendre mon mal en patience, étant affamée de surcroît. J’ai donc laissé tomber, ce n’est que partie remise.

Et quand j’ai su par la suite qu’en fait il avait signé à tout le monde y compris en se mettant sur le côté, j’étais un peu dégoûtée !

Juste en face du stand Flammarion, il y a le stand Michel Albin où j’aperçois Amélie Nothomb. Je ne suis pas spécialement fan de ses livres mais une de mes collègues oui ! D’ailleurs elle m’en a tellement parlé que lorsque je l’aperçois, je pense à ma collègue et je la prends en photo et la lui envoie.

20170325_142940

Après m’être reposée et restaurée, je poursuis ma visite de cette immense librairie. Direction le stand de la maison d’édition Phebus car je veux acheter L’invention de la mère de Marco Peano (et oui je n’ai eu que les premières pages !). J’achète donc le livre et je poursuis mon tour d’horizon en attendant 14h30 que l’auteur se pointe pour sa séance de dédicace. Cette fois-ci je suis plus à l’aise pour échanger quelques mots (en anglais puisque je ne connais aucun mot d’italien !) avec lui.

20170325_142806

Je me dirige à nouveau vers le stand Michel Albin pour me procurer le premier tome de La mémoire du monde de Stéphanie Janicot (dont j’avais déjà adoré Fallen angel le mois dernier). Depuis quelques temps je voulais me plonger à nouveau dans l’écriture de cette auteure, je profite donc de l’occasion.

Un peu déçue de voir que ça ne se bouscule pas pour sa séance de dédicaces mais d’un autre côté je suis plus tranquille pour échanger quelques mots avec elle. Elle fut un peu surprise de signer les épreuves de Fallen angel mais comme on dit, il faut bien une première fois à tout. ^^

J’avais encore d’autres séances de dédicaces de prévues mais comme on dit il faut savoir s’arrêter. Mes pieds me font bien comprendre que depuis 7h ce matin, ce n’est plus possible de marcher (ou plutôt piétiner) autant. Le bruit ambiant et permanent, les masses de foule commencent à me rendre malade. Vers 16 heures, je quitte le salon, non pas à regret car je sais qu’il y aura d’autres occasions pour rencontrer à nouveau des auteurs. Je repars la tête remplie de souvenirs et de belles rencontres.

20170325_170440

Publicités

Une réflexion sur “Salon du livre, Paris

  1. Pingback: Rencontre « Premiers chapitres  avec Marco Peano | «Des plumes et des livres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s