[Des plumes et moi] Entretien avec Jil Porcher

des-plumes-et-moi

  • Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Jil Porcher. J’aurais 20 ans cet été et je suis étudiante en Lettres depuis quelques semaines. J’ai publié mon premier ouvrage à 16 ans.

  • Que représente l’écriture pour vous ?

L’écriture c’est à la fois une passion et une nécessité. Je sais que si je n’écris pas un peu ou si je ne cherche pas des idées pour mes projets en cours, je me sens mal. J’aime créer des histoires, des personnages, des récits de vie, un passé, un présent à ces vies que j’invente au fur et à mesure du temps. Je sais que je peux écrire n’importe où, n’importe quand, que c’est rare pour moi de ne pas penser à l’écriture dans la journée. L’écriture est mon oxygène.

  • Depuis quand écrivez-vous ?

J’écris depuis l’école primaire. J’ai vraiment commencé en CM2 par des petits écrits, des contes, des poèmes. J’ai conservé des textes de ce genre qui ont aujourd’hui 10 ans. Quand j’y pense, j’ai pas l’impression que ça fait si longtemps. Ce serait mentir d’avouer que je me souviens de tout mais je sais que j’étais très productive à cette période-là.

  • Vous êtes une très jeune auteure. Était-ce un rêve d’enfant de publier vos écrits ?

En réalité, c’est tout le contraire. Quand j’étais petite, j’écrivais surtout par plaisir, je ne partageais pas mes textes avec ma famille. Tout mon entourage savait que j’écrivais mais je ne faisais confiance qu’à mon enseignante de CM2 avec qui je partageais beaucoup, qui corrigeait mes textes, les retapait à l’ordinateur et les lisait à toute la classe. Elle me disait toujours que je finirais écrivain et je lui répondais constamment non. Je ne ressentais pas ce besoin de partager à plus grande échelle au départ. J’avais besoin d’être rassurée continuellement. C’est vers la fin du collège, quelques années plus tard, que cette envie est apparue. J’ai pris la décision seule d’envoyer mon premier manuscrit à une maison d’édition sans en parler avant d’avoir une réponse. Je ne réalise toujours pas aujourd’hui tout ce qui est arrivé depuis cette période. J’espère juste que l’inspiration ne me quittera pas. Je sais juste que sans le soutien de mon enseignante, j’aurais sûrement abandonné depuis longtemps. Je suis encore en lien avec elle depuis toutes ses années. Je regrette  que l’écriture et bien d’autres domaines de l’art soit si peu valorisé en milieu scolaire. Inventer des histoires, peindre notre réalité sur un tableau ou sculpter est tout aussi noble que de jouer d’un instrument de musique.

  • Quels sont vos projets d’écriture à venir ?

J’ai expérimenté plusieurs genre d’écriture. J’ai eu ma période contes, poèmes entre l’école primaire et le collège et j’ai trouvé mon genre préféré vers la fin du collège. J’aime beaucoup écrire du thriller/roman à suspens, policier. Ce côté mystérieux, débarquer au milieu d’une action qui est plutôt déroutante, qui s’est produite et que l’on ne peut expliquer, c’est ce que je pourrais définir comme ma came. Après avoir fait publier ma trilogie policière entre 2014 et 2016, j’ai trouvé d’autres idées pour des romans à suspens mais j’avais envie d’expérimenter d’autres genres. Je note toutes mes idées dans un carnet, les titres possibles, les résumés et la date à laquelle le projet est apparu. Il y a une bonnes vingtaines de projets dont une dizaine pourrait aboutir à quelques choses d’incroyable si je parvenais à bien les traiter. Je suis contente qu’il n’y ait pas seulement du thriller. Je voudrais m’essayer à l’écriture d’un roman post-apocalyptique, du drame ou de la comédie-dramatique, de la science-fiction. Ce serait un véritable plaisir pour moi de pouvoir tout publier. Certains projets attendent sagement depuis longtemps et je trouverais dommage de ne pas les exploiter.

  • Etes-vous une petite ou grosse lectrice ? Quelle place tient la lecture dans votre vie ?

A vrai dire, la lecture ne tient pas une place majeure dans ma vie. Je lisais énormément petite mais cette envie s’est atténuée en grandissant au point de ne plus lire de livres, à part pour les cours. J’ai beaucoup de livres chez moi que je n’ai jamais ouverts et pourtant je devrais, tout est bon pour trouver de l’inspiration, des idées. Je sais que si un livre me donne vraiment envie, je vais me le procurer rapidement et le lire tout aussi vite. J’admire les grands lecteurs, ceux qui peuvent se plonger dans des ouvrages plusieurs heures dans la même journée. Ce n’est pas mon cas malheureusement. Je lis énormément d’article de presse, des sujets anodins dont on ne parle pas beaucoup et je me renseigne après si les sujets en questions me passionnent. Je suis régulièrement les actualités des faits divers et je suis une passionnée d’Histoire également. Je me nourris de la petite lecture du quotidien, à défaut de vivre de la littérature plus authentique. Je suis une grande amatrice de cinéma également et de documentaires. C’est parfois les œuvres cinématographiques qui me poussent à lire les ouvrages qui s’en inspirent.

  • Avez vous un livre préféré ?

J’ai lu il y a un an l’essai d’une connaissance virtuelle, Cyberpunk reality de Saint Epondyle. C’est le premier essai que j’ai souhaité lire sans qu’il s’agisse d’une lecture imposée par un programme scolaire. Il fait une centaine de pages mais c’est une lecture intense, qui donne a réfléchir sur tous les aspects du quotidien, la politique, la société, le gouvernement. C’est un questionnement perpétuel dans notre esprit. Je dois dire qu’à la fin de la lecture j’étais plutôt décontenancée, à la limite de la terreur de notre monde mais j’ai eu l’impression de comprendre certaines choses qui étaient floues. Je pense que j’avais besoin de lire un texte comme celui-ci pour avancer. J’ai appris à connaître l’auteur un peu plus, sa pensée sur le monde et c’était une expérience plaisante.

  • Quels sont vos auteurs préférés ?

Je n’ai pas vraiment d’auteurs préférés. J’aimais bien l’écriture d’une auteure de thriller Erica Spindler à l’époque ou sinon la Comtesse de Ségur dont les œuvres me plaisaient. Je sais que je peux lire de tout, de la fiction à la biographie. Si un résumé de livres me donne envie, je sais que je vais me lancer sans attendre.

  • Quel livre ou auteur vous a donné le goût de la lecture ?

Je sais que j’ai beaucoup apprécié la lecture des Quatre filles du docteur March que je lisais petite. C’était un livre simple, le quotidien de quatre sœurs et ça m’avait énormément plu. Il y avait cette simplicité dans ce contexte pourtant difficile de la guerre. On n’assiste pas au combat, juste à la vie d’une famille depuis que le père était parti se battre. C’est peut-être pour cette raison que je lisais la Comtesse de Ségur enfant. Je suis même tentée de relire ces livres.

  • Quel livre auriez-vous aimé écrire ?

L’été meurtrier de Sébastien Japrisot est un livre qui m’a plu toute suite car l’auteur a choisi plusieurs points de vues, faisant intervenir les personnages à divers moment du récit. Les personnages ne restent pas dans le décor sans intervenir, ils ont entièrement leurs places. Je me suis sentit proche de cette écriture. La lecture m’a tellement marqué que je m’en suis servi dans un exposé de philosophie au lycée. J’aime l’idée que ce livre ait été adapté au cinéma d’une façon très fidèle par un ami de l’auteur. Ce livre peut parfois choqué par la rudesse des dialogues ou par les situations incroyables qui y sont décrites, pour ma part j’ai trouvé que c’était sincère sans en faire trop.

  • Un petit mot pour la fin ?

Je souhaite vraiment qu’à l’avenir, le métier d’écrivain sorte un peu plus de l’ombre, que le métier ne soit pas défini seulement par ceux qui ont la chance d’en vivre. Être écrivain c’est être passionné et parfois mettre des années avant d’atteindre l’objectif fixé. Je le défini presque comme un combat en raison de mon jeune âge, qui me pousse à faire parfois plus. Tout le monde peu publier, il n’y a pas d’âge pour tenter l’expérience. Il faut juste se sentir prêt à démarcher les libraires, à rencontrer des lecteurs potentiels lors de séances de dédicaces ou salons du livre.

Interview réalisée en février 2017.

– La trilogie 12 millimètres de Jil Porcher est disponible aux Editions Persée.

Le voyage du Téméraire est disponible sur le site Edilivre.

– Retrouvez Jil Porcher sur Facebook, Twitter

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s