La vénule, Pierre Luneval

la-venuleTitre original : La vénule

Auteur : Pierre Luneval

Editions : Mon Village

Paru le : 3 septembre 2013

Format lu : Broché (191 pages)

4e de couverture :

Ils sont deux. En un seul corps.

Un jeune garçon précoce livré aux caprices de son épilepsie.

Et l’autre. Le mauvais. La vénule. Celui qui lui pourrit la vie pour égayer la sienne. A moins que ?

Ils sont deux. En un. N’en ont pas conscience tout de suite. Et ça commence à poser quelques problèmes….

Mon avis : 4/5

La vénule

Que dire sur ce livre sans en dévoiler trop d’éléments ?

J’étais impatiente de lire ce roman très psychologique. Rien que de lire la première ligne de la quatrième de couverture, mon envie de le lire se serait manifestée. Mais c’est plutôt en entendant l’auteur, Pierre Luneval, m’en parler que j’ai cédé à la tentation de le découvrir.

Bien évidemment, on s’attendant à quelque chose de tordu. Deux personnalités qui se partagent un corps, on frôle la schizophrénie !

Et même la lecture est à double ressentis. D’un côté, nous avons une écriture fluide, plus légère, innocente ; de l’autre, quelque chose de plus cru, sombre, ardu même. Le roman est à la première personne, d’où cette double écriture.

Et pourtant, je me suis plongée avec passion (ou folie ?) dans ce roman. Bien évidemment des pauses se sont imposées d’elles-mêmes d’une part pour ne pas avancer trop rapidement dans l’histoire ; d’une autre part, pour soulager un peu mon activité cérébrale. Je ne sais plus qui de la grippe ou de La vénule me provoquait ces saturations au niveau de mes petits neurones.

J’ai même dû relire certains passages pour tout comprendre et pour pouvoir de m’imprégner de tous les éléments. C’est rare que je me donne cette peine pour un livre. En général, je lis tout d’une traite quand le roman n’est pas très long et que le sujet me passionne et ne relis jamais le même passage plusieurs fois.

De plus, ce roman m’a rappelé une de mes peurs d’enfance. Quand je faisais des malaises avec pertes de connaissance. Je me demandais toujours ce qu’il se passait dans ma tête, si mon esprit s’éteignait, etc. (oui je me suis toujours posée de drôles de questions !) Heureusement, je n’ai pas eu une personnalité « dénuée de toute compassion » qui me remplaçait. Enfin… je crois.

Et sinon, j’ai trouvé ça drôle que La vénule soit en fait le nom de l’auteur à l’envers. Coïncidence ?
Publicités

4 réflexions sur “La vénule, Pierre Luneval

  1. Pingback: L’autre moi, Sam Carda | Des plumes et des livres

  2. Pingback: Mademoiselle rêve, Pierre Luneval | Des plumes et des livres

  3. Pingback: C’est lundi, que lisez-vous ? #20 – Des plumes et des livres

  4. Pingback: Salon du livre, Neuilly-en-Thelle – Des plumes et des livres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s