Question de temps, E.R. Link

Question de tempsTitre original : Question de temps

Auteur : E. R. Link

Editions : Autoédition

Paru en : Avril 2016

Format (lu) : eBook

Lu en : Français

4e de couverture :

Dans l’archipel du Touraco, écrin de verdure au goût de paradis, Calixte Zygène de la Spirée rêve d’aventures tout en vivant de larcins. En cherchant à cacher son dernier trésor, volé au gouverneur en personne, il découvre un étrange boîtier qui le conduira jusqu’aux pirates de la baie et bien plus loin que ce qu’il n’aurait jamais pu imaginer.
D’un vaisseau fantôme en passant par l’énigmatique sorcière des marais, il réveillera les mythes séculaires qui hantent les eaux de la Mer des Palmariales…
Un nouveau voyage en Terre des Brumes.

Mon avis : 5/5

Il y avait longtemps que je n’avais pas lu d’histoire de pirates. En fait, la seule vraie histoire de pirates que j’ai lue, date de mon année de 5e et j’ai oublié le titre vu que ça commence à dater (15 ans quand même…).

Quand j’ai vu sur Twitter que l’auteure souhaitait faire connaître son roman en échange d’une chronique, je me suis lancée. Ces derniers temps, je découvre d’autres genres littéraires et souvent, c’est une bonne surprise. Question de temps fait parti de ces bonnes surprises.

Le roman est découpé en trois parties. A chaque début de partie on trouve une carte très bien réalisée, on croirait des vraies ! L’auteure a sûrement du réaliser un travail documentaire monstrueux pour pouvoir utiliser tous ces termes de la navigation et de la piraterie. Ou alors elle est passionnée par cet univers. Dans tous les cas, le rendu est très convainquant et j’ai pu ajouter bon nombre de terme de ce champ lexical à mon compte.

Dès le début nous sommes plongés dans l’univers de la Terre des Brumes. Les personnages sont tous attachants à leur manière, avec leurs noms à rallonge et les déformations plus ou moins phonétiquement approximatives qui en découlent. Chaque personnage a finalement son importance, même les personnages secondaires. Et même Gros-Sac. J’ai trouvé l’idée absurde de mettre un pélican à la place du sacro-saint perroquet. Mais il a pris toute son importance dans ce roman, il n’est pas qu’un élément du décor de la piraterie, il est un personnage à part entière et à un rôle non négligeable dans ce roman.

En entendant parler d’histoire de pirates, on s’imagine tout de suite : chasse aux trésors (des pirates sans chasse aux trésors, ne sont pas de vrais pirates !). C’est une des composantes de Question de temps. Mais c’est également un mélange entre la chasse au trésor, l’amour, l’amitié et évidemment… le temps. Tout ce mélange est habilement relaté avec plein de voyages en bateau (mais pas que…), des rebondissements en tout genre… Et évidemment tout est une Question de temps mais je n’en dirai pas plus. Prenez le temps de le lire, ce roman vaut le détour.

Amazon : Kindle Broché

Publicités

4 réflexions sur “Question de temps, E.R. Link

  1. Pingback: [Concours] Le premier bloganniversaire ! | Des plumes et des livres

  2. Merci pour cette très belle chronique. Je me suis en effet énormément documentée sur la navigation et la marine à voile au XVIIIe siècle, ainsi que sur la vie des pirates dans les Caraïbes et l’Océan Indien… jusque dans leur cuisine !
    Je ne suis pas spécialement passionnée par la piraterie, mais quand j’écris, je me passionne pour ce que je fais, et j’ai le souci du détail. J’aime me documenter, m’imprégner d’une ambiance pour mieux me l’approprier, m’en détacher et l’utiliser comme tremplin pour mon imagination.
    Dans Un Air de Liberté, je me suis penchée sur la mécanique et les machines à vapeur,
    Dans Strawberry Fields, sur la vie des gangs au début du XXe siècle, les collèges anglais du XIXe, les guerres Napoléoniennes et la guerre de 14-18…
    Dans Question de temps, je voulais un cadre réaliste pour faire évoluer Calixte et consorts à travers mes délires d’écriture. Je me suis nourrie d’histoire et de navigation pour mieux m’en détacher par la suite.
    Je suis ravie que le roman t’ait plu. Eh oui, le perroquet, qu’est-ce que c’est cliché ! Ras-le-bol des Long John Silver avec une jambe de bois et un cache-œil ! Il faut dépoussiérer les mythes. Le pélican c’est rigolo : ça vole, ça marche, ça nage et ça peut garder plein de choses dans son bec !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s