L’enfant de la dernière chance, Henriette Bernier

couv7172683Titre original : L’enfant de la dernière chance

Auteur : Henriette Bernier

Editions : Presses de la Cité

Paru en : 2006

Lu en : Français

4e de couverture :

Verdun, mai 1843. Emélie, fille de tanneurs, et Jean-Nicolas, conducteur de diligence, s’unissent pour le meilleur et pour le pire. Mais leur bonheur ne dure pas. La jeune femme ne parvient pas à mener à terme ses grossesses.

Un véritable déshonneur pour le mari et pour l’entourage. Être épouse sans être mère n’est-il pas u statut illégitime aux yeux de la société bien-pensante ? Emélie souffre le martyre en silence.

Seule la mère Boulanger, compréhensive et ingénieuse, accepte de l’aide. Ensemble, elles élaborent une énorme et périlleuse supercherie afin qu’Emélie puisse enfin offrir à son époux l’héritier tant attendu.

Ma note : 5 / 5

J’ai lu ce livre, il y a un bon bout de temps. A chaque fois que je le regarde dans ma bibliothèque, je me souviens des émotions qui m’ont traversées au cours de ma lecture.

Le personnage d’Emélie m’a fortement touchée. Cette jeune femme a tout pour être heureuse. Un mari qui l’aime et la respecte (vu la période, c’est déjà pas mal). Une seule ombre à leur bonheur conjugal : l’absence d’enfant. Emélie tombe rapidement et souvent enceinte. Mais elle fait très vite des fausses couches. Son mari se désintéresse d’elle, va voir les prostituées, traine dans les bars. C’est la déchéance. Et pourtant Emélie continue d’aimer cet homme, de vouloir le rendre heureux. Elle est prête à tout, y compris à imaginer une fausse grossesse et prendre l’enfant d’une jeune fille qui est malencontreusement tombée enceinte.

Bien évidemment, le personnage central de ce roman est Jacques, l’enfant « adopté » d’Emélie et Jean-Nicolas. Cependant, je me suis beaucoup focalisée sur les deux parents « adoptifs ». J’aimais beaucoup leur couple et pourtant… Leur séparation m’a rendu triste. La mort d’Emélie, dans l’indifférence totale de son mari, m’a émue aux larmes.

Je pourrai parler de ce livre pendant des heures. J’ai déjà beaucoup « spoilé » le roman, contrairement à mes habitudes, mais ce sont des choses qui m’ont énormément touchées.

Henriette Bernier a une écriture qui fait que nous nous attachons à ses personnages. J’ai dévoré ce livre en moins d’une journée. Je ne pouvais arrêter ma lecture, je voulais tout savoir de ces personnages tellement normaux pour cette époque. Je le recommande chaudement. On ne finit pas ce livre dans l’indifférence.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s